Archives par mot-clé : Développement durable

De la conception de projets soucieux des « milieux » urbains

Cinquième journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Cycle « Concevoir des projets pour “faire accepter le développement durable” ? »

De la conception de projets soucieux des « milieux » urbains

Mardi 8 avril 2014

Responsables de la séance : Jérôme Boissonade et Thierry Paquot

Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)

20 rue Berbier-du-Mets 75013-Paris

Toutes les interventions et les questions de la salle sont accessibles en cliquant sur les liens ci-dessous

 Matinée : 10h – 12h30

Ouverture par Gérard Arnold (directeur adjoint de l’ISCC)

Introduction de Thierry Paquot

Commentaires de Thierry Paquot et Gaëtan BrisepierreRéponse de Frédéric BonnetQuestions de la salleReponse de Frédéric BonnetQuestion de la salleRéponse de Xavier BonnaudRéponse de Thierry PaquotIntervention de Jérôme BoissonadeRéponse de Xavier BonnaudRéponse de Frédéric Bonnet

Après-midi : 14h – 16h30

 Cette séance explore les interactions voulues ou non, qui se manifestent entre au moins trois pratiques professionnelles (architecture, urbanisme et paysagisme) pas toujours disjointes et leurs références théoriques et méthodologiques, lors de la conception d’un projet d’architecture. En d’autres termes, en quoi l’écologie modifie-t-elle la manière de faire de l’architecte ? Celle-ci/celui-ci n’additionne plus ni ne retranche mais combine. Elle/il ne hiérarchise pas mais associe. Elle/il ne fait pas pour des habitants, mais avec.

Comment les concepteurs poursuivent cet objectif, alors que le développement durable, en lieu et place d’une attention écologique, surdétermine bien souvent les discours des acteurs, au nom d’un équilibre entre économique, social et environnemental ?

Dorénavant tout projet d’architecture se doit de considérer les quatre questions que l’époque pose : la question sociale, la question urbaine, la question communicationnelle et la question environnementale. Les quatre s’entrelacent, aucune ne peut être ignorée, chacune joue sur les autres et réciproquement. Au cœur de ces préoccupations, les habitants, c’est dire si leurs usages, attentes, compétences, imaginaires constituent le point de départ et l’horizon de tout projet. Il s’agira donc lors de cette séance, de discuter de pratiques de conception qui contribuent à l’émancipation de chacun et réinterrogent la gouvernementalisation actuelle des conduites.

Annonce PDF

Innovation et développement durable : entre injonctions et pratiques

18 Novembre 2013

Responsable de la séance : Aurélie Tricoire

Les enregistrements audio de la séance sont accessibles en ligne ci-dessous, ainsi que certains textes et présentations

La journée s’est intéressée à la nature des liens réels et/ou supposés entre innovation et développement durable. Souvent présenté comme une nécessité pour pérenniser nos sociétés industrielles, le développement durable devient une véritable injonction, dont le principal moteur serait l’innovation. Innover serait le moyen de se développer durablement, et ce quelles que soient, d’une part, les finalités et objectifs concrètement identifiés comme relevant d’un développement durable et, d’autre part, la nature des innovations proposées.

Les pratiques et les discours, ainsi que les dispositifs sociaux et techniques qui les relaient, présentent ainsi les liens entre développement durable et innovation sous un angle positif et vertueux. Mais qu’en est-il réellement ? Quelles controverses les innovations promues dans le cadre conceptuel du développement durable soulèvent-elles ? Quel visage les innovations ainsi promues donnent-elles au développement durable ? Peut-on mettre en évidence une relation réellement performative entre innovation et développement durable ? Quel est le rôle des différents acteurs –pouvoirs publics, groupements citoyens, acteurs économiques, individus- impliqués dans la définition de ces cadres d’action ? Cette double injonction au développement durable et à l’innovation reconfigure-t-elle les relations entre acteurs, et/ou modifie-t-elle les rapports qu’ils ont avec les dispositifs socio-techniques qui les entourent ?

Matinée : 10h30 – 13h

Commentaire Gilles DebizetRéponse Marie PigagniolRéponse Catherine GrandclémentQuestions Jean-Pierre Levy et réponse Catherine GrandclémentQuestions de la salleRéponses de M. Pigagniol et C. Grandclément

Après-midi : 14h – 16h30

Commentaire Gilles DebizetQuestions de la salleRéponse d’Alexandre MallardRéponse d’Arnaud Diemer

Discutant

Recherche et acceptabilité sociale de la durabilité

Atelier thématique commun au GIS ReHaL et au réseau AC/DD

Vendredi 12 avril 2013

Responsables de la séance : Jérôme Boissonade, Anne-Sarah Socié

Les enregistrements audios sont directement en ligne à partir du programme ci-dessous

Matinée : 10h30 – 13h

Introduction (J. Boissonade)

Commentaires de François MénardQuestions et réflexions de la salleRéponse de Gérard DubeyRéponses de Régis Lefeuvre et Andreea Ernst-Vintila

Après-midi : 14h – 16h30

Commentaires de François MénardQuestions et réflexions de la salleRéponse de Guillaume Faburel – Réponse de Bernard Perret

Discutant

  • François Ménard (responsable de programmes de recherche au Plan Urbanisme Construction Architecture dans les domaines de l’habitat, de l’énergie et de la ville durable).

Après avoir travaillé les implications de la notion d’acceptabilité sociale sur la conception et sur l’appropriation de la ville durable, nous nous attachons dans cette ultime séance de la première année de l’atelier, au travail des chercheurs s’intéressant au développement durable, et qui travaillent sur ou avec cette notion d’acceptabilité sociale. Cette dernière a en effet été élaborée dans un but prescriptif et repose sur des considérations fortement normatives portées notamment au niveau institutionnel. Toute démarche urbanistique ou architecturale est par nature prescriptive. Néanmoins, le développement durable induit une prescription “morale” qui modifie les échelles de valeurs dans les représentations du bien-vivre ; et une injonction à l’engagement des populations que l’on traduit par exemple à l’aide des termes d’éco-citoyenneté, éco-habitants, etc. C’est dans ce cadre que les travaux de recherche insistent “autant sur l’importance, […] de lever les « verrous » de l’usage que de lever les « verrous » technologiques[18]. Cet implicite est présenté le plus souvent comme une évidence, pourtant, “avec les techniques d’acceptabilité, on a franchi un nouveau pas : il s’agit d’anticiper ce qui peut être toléré. La question n’est plus celle des besoins ni des envies, mais de savoir ce que les consommateurs, ou les citoyens, ne vont pas supporter[19].

Dans ce contexte, quelles sont les conséquences spécifiques d’une acceptabilité liée au développement et à la durabilité sur les travaux de recherche ? Quels peuvent-être alors, les rôles des chercheurs et les objectifs qu’ils se donnent ? Dans quelle mesure la question l’instrumentation de ces recherches ne se pose-t-elle pas plus fortement que dans d’autres domaines ?

La raison d’être de la notion d’acceptabilité sociale provient des blocages rencontrés par le développement durable et cette notion est un instrument qui vise une acceptation par les publics auxquelles elle s’adresse. On peut donc considérer cette notion comme un analyseur potentiel de ces blocages.

Enfin, si l’on considère l’acceptation comme un acte, provenant de publics qui au départ étaient “réticents”, on peut d’une part, s’intéresser à la capacité du développement durable à produire des appuis en termes de récits et de justifications. D’autre part, on peut mettre en regard ces justifications avec la part de concession que comporte ce consentement. Une telle démarche permet d’abord de comprendre de quoi relèvent ces appuis liés au développement durable dans cet acte d’acceptation. Elle permet ensuite, de comprendre en quoi l’acte même d’acceptation  “fait sens” pour les acteurs. Le développement durable devient un support de projection qui permet une structuration des situations et leur dépassement lorsqu’elles sont problématiques.

Alors que les mondes de la recherche et de l’expertise s’inscrivent dans ces problématiques contradictoires, ces derniers incorporant de manière grandissante les commanditaires, les institutions publiques ou les acteurs économiques ; et plus largement, des acteurs pouvant avoir un intérêt à la prescription. Nous souhaitons donc interroger lors de cette séance, le rôle des chercheurs dans l’usage de cette notion d’acceptabilité, distribuée et portée par d’autres acteurs. Pour comprendre les enjeux que cristallise cette notion d’acceptabilité pour les chercheurs, il conviendra lors de l’atelier, de ne pas séparer son étude du contexte à travers lequel elle s’exprime.

Le succès de la notion d’acceptabilité sociale dans les débats sur le développement durable est en effet inséparable des difficultés et des rapports de forces que rencontrent les différents promoteurs de durabilité. Comment sont financés les projets ? Quelles missions d’expertise sont données et à qui ? Comment cette notion d’acceptabilité sociale entre en ligne de compte dans les dispositifs d’expertise ? Les acteurs sont guidés par des intérêts, des objectifs, et doivent respecter des cadres différents, parfois contradictoires. Partant, ces acteurs tentent de faire porter les contradictions auxquelles ils sont confrontés, par les autres intervenants, y compris les chercheurs. Cette sous-traitance des contradictions s’exprime à travers les modes de financement, la définition des missions d’expertise, l’élaboration de dispositifs de participation, etc.

Cadrage de la journée :

  1. Genèse et carrière de la notion d’acceptabilité sociale :

–  Dans quel contexte est-elle apparue ? Comment a-t-elle été appliquée au développement durable ?

–  Définition(s) et identification des acteurs de “l’acceptabilité” dans le contexte du développement durable (chercheurs, bureaux d’études, institutions, entreprises, etc.) : Qui utilise cette notion et dans quel but ? Quel recul ont-ils sur cette utilisation (notamment dans le cas des chercheurs) ? Quels moments, positions, situations, actions, etc. favorisent les approches critiques de ces notions ?

       2. Investir de manière critique la notion d’acceptabilité et/ou élaborer des notions alternatives ?

–  Le chercheur en développement durable comme acteur, traducteur, expert, conseiller, savant etc. : Quels statuts ? Quelles postures de recherche ? Quelles possibilités pour les chercheurs de porter une approche critique ?

–  Quels cadres théoriques possibles pour étudier la notion d’acceptabilité sociale appliquée au développement durable (mondes, champs, systèmes, réseaux, acteurs, institutions, rapports de forces, emprise, etc. ? Quelle spécificité de l’application de la notion d’acceptabilité sociale au développement durable face aux autres modèles d’urbanisme : en quoi la nature prescriptive de l’urbanisme durable diffère-t-elle d’autres modèles ?

–  Quelle est la pertinence de l’élaboration d’une notion alternative ? Quelles articulations possibles ? Quelles capacités heuristiques ?

      3. Etudes de cas : Le travail de chercheurs en durabilité, de l’expertise au travail scientifique

–  Le travail du chercheur en développement durable : Questions politiques et morales.

Quelles implications sociales, économiques, en termes de droit, à son travail ? Développer les possibilités d’actions ? Risquer de voir la recherche détournée de ses objectifs initiaux ?

–  Capacités critiques des acteurs (mésusages, mobilisation des habitants, usagers, associations, etc.) : Comment le chercheur peut-il les prendre en compte ?

–  Confrontation / articulation des échelles dans le travail du chercheur ?

Echelle temporelle : le développement durable entre « urgence climatique » et long terme (générations futures) ; entre action présente (tri de ses déchets) et projet (d’avenir, de société, etc.).

Echelle spatiale : extension de la logique d’écoquartier (prototype) à celle d’éco-cité (industrie du bâtiment), rétroaction du global sur le local, etc.

Echelle sociale : intérêt particuliers, “intérêt supérieur” (de la planète) et création du collectif.

     4. Controverse :

–  Les recherches sur la durabilité peuvent-elles travailler la question de “l’acceptabilité sociale” sans pour autant se traduire par une injonction qui gouvernementalise les conduites ?

–  Visant l’assentiment, l’acceptabilité sociale du développement durable joue des frontières entre approbation et résignation. L’apparition de ce terme est  fortement liée aux échecs récents des tentatives de transformation des comportements dits durables, peut-elle faire apparaitre de manière nouvelle les contradictions propres au champ du développement durable ?

 

Séances précédentes :

Innovation et comportements

Concepteurs de durabilité : des quartiers pour éco-habitants idéaux ?

 

Innovations et comportements

Atelier thématique commun au GIS ReHaL et au réseau AC/DD

Vendredi 15 février 2013

Responsable de la séance : Nathalie Ortar

Les enregistrements audio sont directement en ligne à partir du programme ci-dessous

 Matinée : 10h30 – 13h

Introduction générale (Jérôme Boissonade)

Introduction de la séance (Nathalie Ortar)

Intervention de Bruno Villalba

Discussion avec la salle

Après-midi : 13h30 – 16h30

Intervention de Nathalie Ortar

Intervention de Françoise Lafaye

Discussion avec la salle

Discussion avec la salle

Discutants 

  • Françoise Lafaye (Ethnologue, Chargée de recherches au laboratoire RIVES – UMR CNRS 5600/Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat)
  • Bruno Villalba (Maître de Conférences en science politique, CERAPS – Sciences Po Lille)

Les discours et programmes de recherche sur l’urgence d’engager un modèle de développement durable et d’inventer la « Ville durable » se multiplient alors que cette notion est problématique à plus d’un titre : sa définition est loin d’être stabilisée[1] et reste soumise à controverses entre économie, géographie, sciences politiques et écologie. Après une première séance de l’atelier destinée à appréhender la ville durable à travers les discours et pratiques des concepteurs, il est nécessaire de s’interroger sur la manière dont les individus-habitants s’approprient ce nouveau paradigme très largement imposé d’en haut (cf. texte de présentation de l’atelier 1), en particulier lorsqu’ils sont confrontés à des modes d’habiter dans des espaces dessinés et structurés par des concepteurs en amont de toute présence habitante. Il devient nécessaire d’apprécier dans quelle mesure l’affirmation de cet objectif commun est capable de modifier à terme ou transforme d’ores et déjà les modes d’habiter[2] des habitants, et/ou s’inscrit dans des pratiques plus anciennes réactualisées et relabélisées à l’aune du développement durable[3].

Le champ scientifique qui s’est saisi le plus précocement de la question de la durabilité est celui qui s’intéresse aux politiques publiques et analyse les phénomènes à l’échelle des milieux, des systèmes urbains, des sociétés ou des réseaux. De ce fait, l’observation des pratiques individuelles est rarement privilégiée[4]. Jusqu’à présent, la sociologie de la consommation s’est davantage concentrée sur l’acquisition que sur les processus permettant l’usage des produits[5]. Les anthropologues se sont focalisés sur la vie des objets, leur place au sein de la vie des individus[6], les systèmes d’échange[7], mais les objets ne sont pas traités comme des équipements nécessaires au quotidien en dehors de recherches comme celles par exemple de Bruno Latour[8]. Or ces objets, ces artéfacts, ont modifié le quotidien de tout individu occidental. Quant aux recherches portant explicitement sur l’habiter, elles n’ont fait pour l’instant que commencer à effleurer la compréhension de la nature du confort recherché par l’individu habitant[9], les contradictions des éco-habitants et les difficultés de changement de comportement que cela implique en termes d’habitat, de mobilité ou de valeurs habitantes[10].

Quelle est l’influence des politiques publiques se revendiquant du développement durable, traduites notamment en termes de droit (de l’environnement, de la construction, etc.) sur les modes d’habiter et sur la construction de nouveaux usages ? Comment ces politiques publiques régissent-elles le logement ou l’urbanisme et plus globalement et les modes d’habiter lorsqu’elles créent de nouvelles normes (écologiques autant qu’hygiénistes) ou qu’elles transforment les espaces habités, avec par exemple la diffusion de la notion de maîtrise d’usage ou encore la mise en place de dispositifs  d’éducation à habiter les éco-quartiers, et les éco-constructions, etc. ? Dans quelle mesure la notion de durabilité ou de ville durable est-elle appréhendée par les individus et selon quelles modalités ? Quelles sont les valeurs qui accompagnent les changements, les éventuelles différences en fonction des espaces, ainsi que les transformations du sens donné à une même pratique ? Jusqu’à quel point ces politiques sont-elles appropriables par les habitants et si c’est le cas par quels habitants ? 

La journée s’organisera autour de trois points :

  1. Définition(s)/identification des comportements de la ville durable (recyclage, mobilités douces, etc.)
  2. Etudes de cas : Appropriabilité des innovations dans le cadre bâti
  3. Controverse : Dans quel cadre s’inscrivent les innovations (techniques, procédurales, etc.) ? Est-il réaliste de penser que les évolutions de comportement doivent venir d’en haut ? Doivent-elles conduire avant tout à la décroissance des comportements (consuméristes, de “confort”, etc.) ou se fixer d’autres priorités compte-tenu des “problèmes” d’acceptabilité que rencontrent ces innovations (diminution des effets environnementaux des comportements et des choix socio-économiques, etc.) ?

[1] EMELIANOFF C. in MATHIEU N., GUERMOND Y. (dir.), 2005, La ville durable, du politique au scientifique, Antony, Cemagref.

[2] Le terme de mode d’habiter, sans pour autant le définir a priori, renvoie aux manières de faire, aux manières de penser, de dire, de vivre les différents espaces, territoires et lieux qu’habitent les individus, sans nécessairement y vivre au quotidien. L’usage du terme d’individu-habitant renvoie à l’individu, être social, dans ses multiples interactions avec le monde matériel, avec l’espace géographique.

[3] Sur cette question voir notamment E. Shove, M. Pantzar et M. Watson, 2012, The dynamics of social practices. Everyday life and how it changes, Londres, Sage.

[4] DorierApprill E., 2002, Ville et environnement, Paris, SEDES ; Coutard O., Lévy J.-P. 2010, Écologies urbaines, Economica.

[5] Shove E., Watson M., Hand M. & Ingram J., 2007, The design of everyday life, Oxford, Berg ; Dobré M., 2002, L’écologie au quotidien, éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, Paris, L’Harmattan.

[6] Miller D., 2010. Stuff, Cambridge, Polity Press.

[7] Appadurai A., 1986. The social life of things, Cambridge, Cambridge University Press.

[8] Latour B., 2005. Nous n’avons jamais été moderne, Paris, La Découverte.

[9] Shove E., 2003, Comfort, cleanliness and convenience. The social organization of normality, Oxford, Berg. ; Subremon H., 2009, Habiter avec l’énergie. Pour une anthropologie sensible de la consommation d’énergie, thèse de doctorat, Université de Nanterre-Paris 10.

[10] Dobré M., Salvador J. (dir.), 2009. Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie, Paris, L’Harmattan.

 

Séance du Vendredi 12 avril 2013

Recherche et “Acceptabilité sociale” de la durabilité

Journée précédente

Concepteurs de durabilité : des quartiers pour éco-habitants idéaux ?

 

 

Sociologie des approches critiques du développement et de la ville durables

.

COLLOQUE INTERNATIONAL

.

Compte-rendu du colloque dans la revue « Natures Sciences Sociétés »

Article en format PDF

.

Les enregistrements audios sont accessibles à partir du programme en ligne ci-dessous.

Pour lire les fichiers audios indiqués en orange : cliquer sur le lien

Pour enregistrer les fichiers audios indiqués en orange : clic droit > « Enregistrer la cible du lien sous »

L’ouvrage issu du colloque

La ville durable controversée

Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique

est sorti en 2015

(ed. Petra, coll. Pragmatismes)

Programme PDF (avec résumés)

Mercredi 1er février

Amphithéâtre 1

9h – accueil participants

9h30 – Introduction au colloque par Fabrice Flipo   Audio

10h – Axe 2 : Une gouvernementalisation des conduites ? (Discutants, resp. d’axe :Y. Rumpala, L. Pattaroni, J. Boissonade)

–          Usages et usagers fantasmés de la planification urbaine durable. Vers un gouvernement néohygiéniste des conduites ? : Hélène Reigner (Chargée de Recherches, IFSTTAR-MA)  Audio

–          L’impératif pédagogique dans la rhétorique politique. Le cas des politiques environnementales : Eric Pautard (Post-Doctorant GIS Démocratie & Participation Chargé de cours en science politique (Université Lyon II), ISH Lyon (USR 3385) / LIED (Univ. Paris VII)) Audio
Commentaires L. Pattaroni / Commentaires J. Boissonade / Réponse H. Reigner / Réponse E. Pautard / Débat avec la salle

11h30 – pause

11h45 – Axe 2 (suite) : Une gouvernementalisation des conduites ? (Discutants, resp. d’axe :Y. Rumpala, L. Pattaroni, J. Boissonade)

–          Entre les éco-quartiers et l’habiter écologique : les valeurs et les principes de l’action territoriale pour la ville durable : Guillaume Faburel (MCF, Institut d’Urbanisme de Paris – Université Paris Est) Audio

–          Restituer l’expérimentation dans l’expérience commune : « contre-conduites » et modalités de résistance à la gouvernementalité écologique dans la vallée du squat Can Masdeu à Barcelone : Eliçabe Rémi, Guilbert Amandine, Haeringer Anne-Sophie (Doctorants au Centre Max Weber, SCOP Groupe de Recherche Action (Lyon)), Overney Laetitia (Docteure Centre Max Weber, Chargée de recherche au Groupe de Recherche Action, SCOP Groupe de Recherche Action (Lyon)), Donate Sastre Miguel, Raúl Márquez Porras et Pablo Romero Noguera (Chargés de recherche à l’Association de recherche COPSAT (Barcelone) Audio
Commentaires L. Pattaroni / Commentaires J. Boissonade / Réponse G. Faburel / Réponse équipe du GRAC / Débat avec la salle

13h15 – buffet

14h30 – Axe 2 (suite) : Une gouvernementalisation des conduites ? (Discutants, resp. d’axe :Y. Rumpala, L. Pattaroni, J. Boissonade)

–          Conceptions de la durabilité et conduites de l’action collective. Analyse critique et rétrospective illustrée par les cas de Stockhom, Barcelone, Vancouver et New York : Lydie Laigle (Directrice de recherche et chargé de cours à l’Ecole des Ponts Paris Tech : responsable du module « développement durable et territoires », CSTB-Université Paris Est) Audio

–          Relayer la critique de l’expertise technocratique à l’heure des indicateurs : le cas de la gestion des déchets de construction et de démolition : Michaël Ghyoot (Doctorant et Chercheur à la faculté d’architecture de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) – laboratoire hortence (histoire, théorie, critique))   Audio

–         Innovation responsable et gouvernementalité : François Thoreau (Aspirant du Fonds national de la recherche scientifique, Centre de recherches Spiral, Université de Liège (BE)) Audio
Commentaires L. Pattaroni / Commentaires J. Boissonade / Questions de la salle / Réponse L. Laigle / Réponse M. Ghyoot / Réponse F. Thoreau / Questions complémentaires de la salle / Réponse complémentaire L. Laigle / Réponse complémentaire F. Thoreau / Questions finales de la salle / Réponse finale M. Ghyoot

16h30 – Fin de l’axe 2

16h45 – 17h45 Table ronde intermédiaire animée par Jérôme Boissonade  

Interventions des responsables d’axe

Débat avec la salle

.

Amphithéâtre 2

10h – Axe 1 : Une croissance insoutenable ? (Discutants, resp. d’axe : C. Larrère, F. Flipo, R. Abdmouleh)

–          Les quartiers Nord de Marseille sous le signe de la nature : la résonance, possible notion critique des inégalités écologiques ? : Barthélémy Carole (Maître de conférences en sociologie, Laboratoire Population Environnement Développement UMR 151 Aix-Marseille Université)

–          Inégalités environnementales et relégation sociale. Un parc national aux portes de Marseille : Valérie Deldrève (Chargée de recherche en sociologie, Cemagref, centre de Bordeaux) et Arlette Hérat (Maître assistante en Ville et territoire, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Marseille / équipe de recherche insARTis) Texte intégral à paraitre dans la revue Vertigo

11h30 – pause

11h45 – Axe 1 (suite) : Une croissance insoutenable ? (Discutants, resp. d’axe : C. Larrère, F. Flipo, R. Abdmouleh)

–          Une lecture pragmatiste de l’écologie industrielle ? Eléments de réflexion à partir de l’exemple de l’expérience dunkerquoise : Christophe Beaurain (Professeur d’économie-aménagement à l’Université de Limoges, Géolab, UMR 6042), Delphine Varlet (Doctorante en gestion à l’Université du Littoral Côte d’Opale, TVES, EA 4477)

–          La stratégie matérialiste de communication de la Communauté Urbaine de Dunkerque : comment conjurer la critique du développement durable et concilier le vert et le gris ? : Julie Deloge (étudiante en Master 2 Sciences politiques – Action publique, Spécialité ‘Ingénierie de Projet spécialisé dans les politiques urbaines et sociales’, Université Lille 2) et Lucile Desmoulins (MCF en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Est Marne-la-Vallée IFIS, Laboratoire DICEN – CNAM)

13h15 – buffet

14h30 – Axe 1 (suite) : Une croissance insoutenable ? (Discutants, resp. d’axe : C. Larrère, F. Flipo, R. Abdmouleh)

–          Une expérience de développement durable. Chronique d’un espoir déçu : Michel Baudemont

–          Où sont passés nos désirs? Les besoins culturels ou les grands absents du développement durable : Elizabeth Auclair (MCF, Université de Cergy-Pontoise)

–          La ville durable, une vision depuis le concept d’habitat humain urbain : Anne-Catherine Chardon (Professeur Associée en Dédication Exclusive, Ecole d’Architecture et d’Urbanisme, Université Nationale de Colombie, Manizales, Colombie)

16h30 – Fin de l’axe 1

Communications de l’axe 1 non présentées lors du Colloque pour des raisons financières et de visa:

La ville durable entre discours et réalité. Peut-on envisager une ville durable sans maîtrise foncière ? Cas de la province de Nouaceur : Zahra El Araari (Université Hassan II Casablanca/Mohammedia, Faculté des lettres et des sciences humaines Ben M’Sik, Laboratoire climat aménagement et développement)

Le développement durable en Algérie, des limites d’une expérience basée sur la conception normative : Mohamed-Amokrane Zoreli (Université A. MIRA de Bejaia)

16h45 – 17h45 Table ronde intermédiaire animée par Jérôme Boissonade dans l’amphithéâtre 1 (voir ci-dessus)

17h45 – Fin de la première journée

 

Jeudi 2 février

Amphithéâtre 1

9h – accueil participants

9h15 – Axe 4 : Une justification écologique ? (Discutants, resp. d’axe : L. Charles, L. Devisme)

Présentation des communications

–          Tôkyô, ville globale, ville durable ? La durabilité urbaine à Tôkyô : pourquoi, pour qui ? : Languillon-Aussel Raphaël (Doctorant, moniteur, Université Lumière Lyon 2) Audio

Remarques de la salle

–          Les catastrophes naturelles, le risque environnemental et le retour de la politique de rélogement des favelas à Rio de Janeiro : Rafael Soares Gonçalvesl (MCF, Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro (PUC-Rio)) Audio

Commentaires des discutants / Questions de la salle / Réponse de R-S. Gonçalves / Débat entre la salle et R-S. Gonçalves

–          Le paradigme du risque et de la durabilité est-il allergique à la critique ? : Philippe Genestier (Laboratoire RIVES, ENTPE-CNRS) Audio

Commentaires des discutants / Réponse P. Genestier / Débat entre la salle et P. Genestier

11h pause

11h15 – Axe 4 (suite) : Une justification écologique ? (Discutants, resp. d’axe : L. Charles, L. Devisme)

–          Le cas du RER à Bruxelles : le « développement durable » au cœur de l’arène publique : Ludivine Damay  (Chercheur Post-doc et chargé de cours à temps partiel FUSL et UCL-Mons, Facultés universitaires Saint-Louis – Centre de recherche en Science politique (CReSPo)) Présentation de la communication par L. Devisme

–          Le social et l’écologique en conflit ?: regard sur les perspectives de l’enjeu écologique dans l’aménagement durable. Le cas de la zone de l’Union. (Nord, France) : Bruno Villalba (Maitre de conférence en Science Politique, Science Po. Lille, Centre d’Etudes et de recherches Administratives, politiques et sociales (CERAPS UMR 8026), Caroline Lejeune (Doctorante, Centre d’Etudes et de recherches Administratives, politiques et sociales (CERAPS UMR 8026)) Audio

Commentaires des discutants / Questions de la salle / Réponses de C. Lejeune et B. Villalba / Questions complémentaires de la salle / Réponses complémentaires de C. Lejeune et B. Villalba / Commentaire de L. Charles

–          A la recherche d’une forme urbaine durable : Anne Sistel (Maitre Assistant 1, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier) Audio

Débat entre la salle et A. Sistel

13h – buffet

14h15 – Axe 4 (suite) : Une justification écologique ? (Discutants, resp. d’axe : L. Charles, L. Devisme)

–          Au nom de la lutte contre le changement climatique : le Mécanisme pour un Développement Propre et les critiques dont il est l’objet : Moïse Tsayem Demaze (MCF, Université du Maine, UMR CNRS 6590 ESO (Espaces et Sociétés) Audio

Commentaires des discutants / Débat avec la salle

–          Prétexte écologique et projets urbains dans les pays émergents : Olivier Petit  (Groupe EGIS, Djeddah, Arabie Saoudite) Audio

Commentaires des discutants / Questions de la salle / Réponse d’O. Petit et interventions de la salle / Débat avec la salle

15h45 – pause

16h – Axe 4 (suite) : Une justification écologique ? (Discutants, resp. d’axe : L. Charles, L. Devisme)

–          Aspirations à la durabilité et la durabilité face aux aspirations : Anne-Sarah Socié  (Doctorante, Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, laboratoire Sophiapol (EA 3932, équipe Lasco), chargée de mission projet Elaborons Ensemble l’Avenir (financement Veolia) Audio

Commentaires des discutants / Réponse d’A-S. Socié / Questions de la salle / Réponse d’A-S. Socié à la salle

–          Quand les énergies vertes changent le regard sur le monde rural : Daniela Perrotti  (Post-Doctorante, Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, Chercheur associé, Laboratoire de Recherche LAREP) Audio

Commentaires des discutants / Réponse de D. Perrotti / Débat de la salle avec D. Perrotti

17h15 – fin de l’axe 4

 

Amphithéâtre 2

9h – accueil participants

9h15 – Axe 3 : Une démocratie technique ? (Discutants, resp. d’axe : F. Chateauraynaud, T. Souami)

–          L’insoutenable légèreté climatique du développement durable : Stéphane La Branche (Chercheur associé à Pacte ; Coordonnateur de la Chaire Planète, Energie, Climat ; IEP de Grenoble ; Membre du GIEC)    Audio

–          La ville durable précipitée : généalogie de la diffusion d’un référentiel étranger et illusions d’un langage commun dans le monde arabe (le cas du Maroc, de l’Egypte et de la Syrie) : Barthel Pierre-Arnaud (LATTS-Ifu), Clerc Valérie (Institut français du Proche Orient), Pascale Philifert (LAVUE) Audio

–          Une sociologie critique de la végétalisation des villes. Bilan du programme Changements Climatiques et Trames Vertes urbaines (CCTV) : Philippe Boudes (LADYSS CNRS) Audio

Commentaires F. Chateauraynaud / Commentaires T. Souami / Réponse S. Labranche / Réponse P-A. Barthel / Réponse P. Boudes / Questions de la salle / Réponse complémentaire P-A. Barthel / Réponse complémentaire P. Boudes

11h pause

11h15 – Axe 3 (suite) : Une démocratie technique ? (Discutants, resp. d’axe : F. Chateauraynaud, T. Souami)

–          Les bibliothèques de quartier dans la ville durable. Entre espace public et territoire de conflits sociaux : Denis Merklen (Université Paris 7 et IRIS), Charlotte Perrot-Dessaux (Université Paris 7, Centre de sociologie des pratiques et des représentations politiques)  Audio

–          De la place de l’architecture eu égard aux enjeux des villes durables. Approche critique de la politique publique en la matière : Neuwels Julie (Université Libre de Bruxelles – Faculté d’Architecture La Cambre Horta)  Audio

Commentaires T. Souami / Réponse D. Merklen et C. Perrot-Dessaux à T. Souami / Réponse J. Neuwels à T. Souami / Commentaires F. Chateauraynaud / Réponse D. Merklen et C. Perrot-Dessaux à F. Chateauraynaud / Réponse J. Neuwels à F. Chateauraynaud / Questions de la salle / Réponse D. Merklen et C. Perrot-Dessaux à la salle / Commentaire final de F. Chateauraynaud

13h – buffet
14h15 – Axe 3 (suite) : Une démocratie technique ? (Discutants, resp. d’axe : F. Chateauraynaud, T. Souami)

–          Le bâtiment économe : une utopie technicienne ? : Christophe Beslay (sociologue, Bureau d’Etudes Sociologiques C. Beslay, Maître de conférences associé à l’université de Toulouse-Le Mirail), Romain Gournet (sociologue chargé d’études, Bureau d’Etudes Sociologiques C. Beslay), Marie-Christine Zélem (professeure de sociologie, CERTOP-CNRS, Université de Toulouse-Le Mirail)  Audio

–          A Technical Democracy: From an Environmental Crisis to an Actor-Network Approach Towards Livable Cities : Karina Izquierdo  (UNAM, Universidad Nacional Autónoma de México) Audio

Commentaires F. Chateauraynaud / Commentaires T. Souami / Réponse C. Beslay / Réponse K. Izquierdo / Intervention de F. Chateauraynaud / Réponse de C. Beslay à l’intervention de F. Chateauraynaud / Débat avec la salle

15h45 – pause

16h – Reprise de l’axe 4 dans l’amphithéâtre 1 (voir ci-dessus)

17h30 – 18h30 Table ronde de clôture animée par Francis Chateauraynaud  Audio

18h30 – fin du colloque

Programme du colloque

Comité scientifique

.

Le comité scientifique du réseau est présidé par :

Catherine LARRERE : professeur de philosophie (PHICO), Université de Paris 1

et

Francis CHATEAURAYNAUD : Directeur d’études (GSPR), Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

 

Comité scientifique :

Fabrice FLIPO : maître de conférences en philosophie (ETOS), Telecom & management SudParis

Luca PATTARONI : Chargé de cours (LASUR), Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Yannick RUMPALA : Maître de conférences en science politique (ERMES), Université de Nice Sophia Antipolis

Taoufik SOUAMI : Maitre de Conférences en urbanisme (LATTS) Institut Français d’Urbanisme

Lionel CHARLES : philosophe, chercheur en sciences sociales, Fractal, Paris

Laurent DEVISME : Maître-Assistant en Aménagement-Urbanisme (LAUA), Ecole Supérieure d’Architecture de Nantes

Ridha ABDMOULEH : maître Assistant en sociologie (FLSH-GEDES), Université de Sfax, Tunisie

Jérôme  BOISSONADE : maître de conférences en sociologie (AUS), Université du Littoral (Dunkerque), Sciences Po. (Lille)

Équipe d’animation et contacts

.

Cliquer ici pour prendre contact avec un.e membre de l’équipe d’animation du réseau

.

Jérôme Boissonade (responsable du réseau)

Jérôme Boissonade est Maître de Conférences à l’Université du Littoral (ULCO) et membre de l’équipe de recherche AUS (UMR 7218 LAVUE). Il est diplômé de l’Université de Paris X – Nanterre (doctorat de sociologie) et de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris – La Villette (Architecte DPLG). Ses enseignements relèvent essentiellement de la sociologie urbaine et du développement durable (Université du Littoral et Sciences Po. Lille) et ses recherches portent sur les approches critiques du développement durable (responsable du réseau AC/DD), ainsi que sur les relations entre politiques publiques et mobilisations. Il est par ailleurs, membre du comité de rédaction des Annales de la Recherche Urbaine, Président du Conseil Scientifique de l’UMR 7218 LAVUE jusqu’en 2016 et membre du Conseil de Laboratoire de cette UMR.
.

Guillaume Lacroix

Diplômé de SciencesPo Lyon et doctorant en études urbaines, Guillaume réalise sa recherche doctorale sous la co-direction de Jérôme Boissonade grâce à un contrat CIFRE entre l’UMR LAVUE (Paris 8, équipe AUS) et un grand bureau d’études pluridisciplinaire en ingénierie. Sa thèse interroge les ambiguïtés de la relation de service entre commanditaires publics et prestataires privés de l’aménagement. Mobilisant une méthodologie qualitative (observation-participante, entretiens semi-directifs), il s’intéresse notamment à l’évolution de l’activité de conseil et d’expertise en aménagement des bureaux d’études, au prisme des mutations d’une commande publique locale sommée d’intégrer le développement durable.

.

Sophie Nemoz

Sophie Némoz est Maître de Conférences à l’Université de Bourgogne/Franche-Comté et membre du Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA-UBFC). Elle a soutenu à l’Université Paris Descartes une thèse sur les politiques et les pratiques professionnelles et domestiques de l’habitat durable, dans une approche comparative entre la France, la Finlande et l’Espagne (Nemoz, 2009). Après avoir effectué un post-doctorat à l’Institut de Gestion en Environnement et d’Aménagement du Territoire de l’Université Libre de Bruxelles (2010-2011), elle a été maître de conférences contractuelle au sein de la Chaire internationale sur les éco-innovations à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (2012-2015). Ses recherches interrogent la transition écologique et énergétique des territoires, en mobilisant différentes méthodes d’enquêtes de terrain, qualitatives comme quantitatives.
.
.

Elisabeth Peyroux

Elisabeth Peyroux est chargée de recherche au CNRS, à l’UMR 8586 Prodig, Paris. Elle est titulaire d’un doctorat de Géographie de l’Université de Paris X –Nanterre. Ses travaux portent sur la circulation internationale des normes et des modèles urbains et leur inscription dans les villes du Sud (Afrique du Sud plus particulièrement). Elle a participé à la finalisation d’un programme de recherche européen portant sur les stratégies de développement durable des villes du Sud dans une perspective comparée (Inde, Afrique du Sud, Brésil, Pérou) (Chance2Sustain). Membre de deux réseaux de recherche sur l’habitat en France (le Rehal – habitat et logement) et à l’échelle européenne (ENHR, European Network for Housing Research), elle coordonne le Groupe de Travail « Circulation des modèles et hétérogénéité des développements ») du Labex Dynamite (géré par l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, membre de la ComUE HeSam – hautes études Sorbonne arts et métiers).

.
.

 Dominique Theile

Issu du milieu universitaire (diplômé en Urbanisme, ancien doctorant au LATTS-ENPC), entrepreneur individuel depuis 1995, en recherche, conseil et formation en socio-économie et prospective de l’habitat. Ses travaux et interventions portent sur la diffusion d’innovations techniques et les résistances au changement sous l’angle des rapports entre cultures, usages, réglementations, techniques… principalement sur l’efficacité énergétique et la gestion des ressources, au regard des défis climatologiques, et des pratiques de confort.
.
.

François Valegeas

François Valegeas est Maître de Conférences à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et membre du laboratoire ART-Dev (UMR 5281). Il a soutenu une thèse en urbanisme et aménagement de l’espace à l’université Paris Est (Lab’Urba et Laboratoire Ville Mobilités Transports) en 2014. Ses enseignements relèvent de l’aménagement et des politiques urbaines, et ses recherches portent sur la conception des projets urbains durables (valeurs, principes, référentiels) et les modalités d’appropriation de l’habitat durable (pratiques, trajectoires résidentielles, réception des normes d’habiter). Il travaille aussi sur la légitimité des savoirs et compétences des habitants (notamment jeunes et catégories populaires) dans la production urbaine.

 

Bourses, offres d’emplois et propositions de recherche

 

Bonjour,

Compte tenu du caractère chronophage de la mise en ligne des annonces pour notre petite équipe, nous avons interrompu progressivement et temporairement la mise en ligne systématique des annonces qui nous paraissaient intéressantes pour le réseau.
Vous pouvez vous rendre sur le portail Calenda, qui recense toutes les annonces en sciences humaines, avec des catégories spécifiques (études urbaines, géographie, études du politique, etc.) : https://calenda.org/search?primary=fsubject&fsubject=258

Par ailleurs, la plupart des annonces que nous mettions en ligne étaient issues de trois listes d’envoi auxquelles vous pouvez vous inscrire :

Pour s’inscrire à la liste (très active) [geotamtam] (informations liées de près ou de loin à la géographie) : https://sympa.unil.ch/sympa/info/geotamtam

Pour s’inscrire à la liste [la_recherche] (informations liées à la recherche en architecture) :
la_recherche@archi.fr

Pour s’inscrire à la liste [RT38-AFS] (information liées à l’environnement) : RT38AFS@googlegroups.com

.

Propositions de recherche

.

Postes de chercheurs, postdoctorants et professionnels

.

Prix et propositions de thèses

.

Propositions de stages

Sélection de sites Internet spécialisés

.

ARCADIA

Le « Environment & Society Portal » – ou Arcadia – est un projet qui cherche à rendre libre d’accès les multimédia et matériaux interprétatifs digitaux des humanités environnementales. Le Portail cherche à cultiver l’esprit de découverte qui caractérise la recherche, autorisant les utilisateurs à trouver – même dans un environnement digital – des résultats inattendus. A cette fin, trois outils de navigation (map viewer, timeline, keyword explorer) permettent la découverte des collections du Portail.

Bibliothèque Nationale de France (portail Développement durable)

Le portail de la Bibliothèque nationale de France sur le développement durable propose des informations et des ressources pour accompagner vos réflexions sur le développement durable. Le développement durable est abordé ici dans sa dimension interdisciplinaire, sous l’angle économique, politique, environnemental et social. Ce portail est complété par le Centre de ressources et d’information sur le développement durable est situé dans la BNF, à l’entrée de la salle C, le centre offre 12 places assises, près de 2500 ouvrages en libre-accès, une vingtaine de revues spécialisées et des documents audiovisuels.

Développement durable & territoires

Développement Durable et Territoires est une revue scientifique, fondée en 2002, qui développe une approche interdisciplinaire (économie, science politique, géographie, droit, sociologie, ethnologie) du développement durable à l’échelle du territoire. En proposant une conception élargie de la notion d’environnement, la revue entend contribuer à la réflexion sur les formes et les finalités des logiques du développement dans nos sociétés contemporaines

Dictionnaire de la participation

Plus de 150 auteurs sont mobilisés pour ce premier Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation. Presque toutes les disciplines des sciences sociales sont ainsi représentées : la sociologie, l’anthropologie, la science politique, la géographie, la philosophie politique, l’urbanisme et l’aménagement, l’histoire, l’architecture, etc. De la même façon, la diversité de l’origine géographique, de l’appartenance générationnelle et du rattachement institutionnel et professionnel des auteurs représente une source de pluralité d’approches, de styles et de points de vue dont bénéficie le Dictionnaire.

Environment & Technology

Du maintien de la diversité génétique à la gestion des déchets radioactifs, des toxines dans les sols au changement climatique dans l’atmosphère, les plus grands défis du XXIe siècle impliquent les relations entre la société et l’environnement dont elle dépend. Réunissant des sociologues qui étudient la société, l’environnement et la technologie, Environment & Technology cherche à expliciter les problèmes environnementaux tout en y apportant des solutions.

Environmental Humanities Now

Environmental Humanities Now cherche à identifier, évaluer et diffuser les savoirs du champ émergent que sont les humanités environnementales. La plate-forme relaie les travaux et actualités de la communautés des humanités environnementales à travers les différentes disciplines et les divers pays par le biais d’un processus d’agrégation, de découverte et de veille.

Environmental Humanities.Org

Environmental Humanities est un journal libre-accès qui cherche à promouvoir la recherche interdisciplinaire sur l’environnement. En réponse à un intérêt international croissant pour les questions relatives aux changements environnementaux et sociaux, le journal publie des travaux qui amènent les sciences de la nature et les sciences humaines à partager et confronter leurs points de vue.

Environmental politics

Publiée depuis 1992, Environmental Politics est l’une des références anglo-saxonnes majeures du champ de la science politique environnementale. A titre d’exemple, en 2013, les numéros thématiques de la revue ont envisagé successivement les politiques environnementales du XXIe siècle (1), le changement climatique et ses éthiques (3), la sécurité énergétique et le changement environnementale (4), les mobilisations environnementales des partis, ONG et groupes sociaux.

Global Environmental Politics

Global Environmental Politics examine les relations, à l’échelle mondiale, entre les pouvoirs politiques et le changement environnemental. La revue s’intéresse tout particulièrement au rôle des interactions locales-globales dansla gestion environnementale, ainsi qu’au rôle du changement environnemental dans les politiques mondiales. Les contributions au journal viennent de multiples disciplines, telles la science politique, les relations internationales, la sociologie, l’histoire, le droit, etc.

GSPR

Le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR), unité propre (30442) de l’EHESS, est né de la convergence, à la fin des années 1990, de deux séries de travaux : des travaux de sociologie pragmatique portant sur des affaires, des controverses ou des crises et des recherches informatiques explorant de nouvelles technologies d’analyse pour les sciences humaines. Dirigé depuis sa création par Francis Chateauraynaud, directeur d’études*, le GSPR développe des travaux, aujourd’hui largement reconnus dans sept domaines constamment mis en relation :
• la sociologie des alertes et des risques ;
• la sociologie des controverses et des débats publics ;
• l’analyse informatisée de corpus ;
• la sociologie de l’expertise ;
• les modes de scénarisation du futur ;
• la sociologie des nouvelles formes de pouvoir et d’emprise ;
• les formes de mobilisation à l’échelle internationale.

Les humanités environnementales

Les humanités environnementales désignent un ensemble de disciplines dont l’origine tient aux enjeux environnementaux et climatiques des dernières décennies. Le degré d’impact environnemental de l’activité humaine – qui nous ferait aujourd’hui basculer selon certains dans l’« anthropocène » – accéléra un processus né au cours des années soixante-dix, lequel postule que les êtres non humains méritent non seulement une histoire commune aux êtres humains, mais aussi leur propre récit. Au lieu d’envisager une nature physique associée à une culture humaine distincte, les humanités environnementales fondent leur approche sur les ontologies interconnectées, à savoir un ensemble de réseaux associant les êtres humains et non humains.

International Environmental Agreements

International Environmental Agreements: Politics, Law and Economics est une revue multi-disciplinaire qui se concentre sur les dimensions théoriques, méthodologiques et pratiques des solutions coopératives des problématiques environnementales internationales. Particulièrement reconnue dans le domaine de la science politique environnementale, la revue explore tout à la fois les accords légaux formels tels que les traités multilatéraux, et les les mécanismes coopératifs moins formels tels que les déclarations ministérielles et les accords producteurs-consommateurs.

Journal of Political Ecology

Lancé en 1994, le Journal of Political Ecology est l’un des plus anciens dans le domaine de l’écologie politique. Publiant aujourd’hui en anglais, en français et en espagnol, il encourage les recherches qui lient l’économie politique et les impacts humain environnementaux dans différents espaces, mais aussi et surtout dans diverses disciplines.

LIED-PIERI

Le Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain (LIED) et son réseau international PIERI (Paris Interdisciplinary Energy Research Institute) ont été conçus dans le contexte de la croissance continue des besoins énergétiques mondiaux, couplée aux problèmes environnementaux, englobant la question climatique. Sa singularité est de fédérer des membres des secteurs Sciences et Sciences Humaines et Sociales, qu’ils soient universitaires ou venant d’entreprises.

Le courrier de l’environnement

La Mission d’anticipation Recherche/Société & Développement durable (MaR/S) est une petite équipe diversifiée, dépendant directement de la direction générale de l’INRA, et autonome dans ses choix de travail, produisant le Courrier de l’Environnement de l’INRA (15 000 destinataires) et diverses productions « soeurs » ponctuelles (Dossiers de l’Enrvironnement de l’INRA par exemple). Le périmètre des compétences des différentes structures qui ont précédé la MaR/S, situé en amont de la recherche stricto sensu, a évolué mais l’utilité d’un « service de contre-pied », pour irritant qu’il soit parfois ressenti à l’INRA, ne s’est pas démenti depuis 20 ans.

Natures Sciences Sociétés

La revue accueille les travaux traitant des interactions entre les sociétés et leur environnement. Les connaissances scientifiques se développent aujourd’hui très rapidement. Leurs applications se multiplient, puisent de plus en plus dans les ressources naturelles, vont de plus en plus loin dans l’artificialisation de la nature, ce qui pose la question de la durabilité des sociétés. Comprendre les relations que les êtres vivants entretiennent avec leurs milieux, c’est tenter de répondre à ces interrogations, génératrices d’incertitudes et même d’inquiétudes.

Organization & Environment

Envisageant la connection entre la gestion des organisations et de l’environnement, Organization & Environment (OAE) publie des recherches sur les dimensions complexes et pertinentes de la durabilité – incluant l’équilibre approprié entre et parmi les défis sociaux, naturels et économiques. Cette recherche fournit une ressource cruciale pour la formulation, l’application et l’évaluation de politiques et d’organisations impliquées dans la gestion de l’environnement.

PERG

Le Political Ecology Research Group (PERG) de l’Université de Californie, Berkeley, promeut les approches interdisciplinaires dans l’analyse critique des problématiques environnementales. Le Groupe cherche tout particulièrement à dépasser la division urbain-rural afin d’aboutir à une nouvelle synthèse relative à la construction et à l’interaction du rural et de l’urbain, du local et du global, de l’humain et du non-humain.

PMO

Pièces et Main d’Oeuvre, atelier de bricolage pour la construction d’un esprit critique à Grenoble, agit depuis l’automne 2000 de diverses manières : enquêtes, manifestations, réunions, livres, tracts, affiches, brochures, interventions médiatiques et sur Internet, etc.
Pièces et Main d’Oeuvre n’est pas l’enseigne d’un collectif, mais d’individus politiques. Refusant la bien-pensance grégaire, qui n’accorde de valeur qu’à une parole réputée « collective », pour mieux la réduire au conformisme, à la paresse et à l’incapacité, dans l’anonymat du groupe, ils souhaitent s’allier chaque fois que possible et nécessaire avec d’autres « qui fassent  » par eux-mêmes.

Political Ecology

Ce site est dédié aux chercheurs, enseignants et étudiants qui s’intéressent à la Political Ecology, approche des mouvements sociaux à propos de la Nature qui s’est développée principalement aux Etats-Unis. Il est constitué de deux parties : une partie internet qui a vocation à donner des informations de base sur cette approche et sur les activités de notre réseau ; une partie extranet qui a vocation à échanger des informations entre ses membres.

Pollution atmosphérique

Depuis 1958, la revue « Pollution atmosphérique, climat, santé, société » a contribué à l’élargissement des connaissances scientifiques sur la qualité de l’air, ses conséquences sur le changement climatique, ses effets sur la santé et sa prise en compte par la société. Numérisée depuis 1992, plus de 1000 articles sont ainsi disponibles en ligne….La revue, classée de rang A par l’AERES, est dotée d’un Comité de rédaction et d’un Conseil scientifique. Les articles sont publiés en français ou en anglais avec un résumé, des mots-clés et les légendes des figures disponibles dans les deux langues.

Reporterre

En 1989, Reporterre avait été le premier magazine sur l’écologie à paraître depuis La Gueule Ouverte et Le Sauvage, dans les années 1970. Sa parution témoignait du réveil de l’écologie en France. Lancé par une équipe animée par Hervé Kempf, il vendait en moyenne 26 000 exemplaires par mois et a compté 4 400 abonnés payants. Mais l’insuffisance de ses moyens financiers l’a obligé à s’interrompre. En 2006, Reporterre est relancé sur internet, afin d’informer sur les liens entre la crise écologique, les injustices sociales et les menaces sur les libertés. D’abord très modeste, le site a grandi doucement, en commençant à publier des enquêtes ou des entretiens exclusifs.

Revue d’ethnoécologie

La revue publie des articles scientifiques et des communications dans le domaine général de l’ethnoécologie, c’est-à-dire les relations entre les sociétés humaines et leur environnement naturel, dans des perspectives historiques, interculturelles, géographiques et comparatives. Par environnement naturel, la revue entend les autres espèces vivantes, animales et végétales, les écosystèmes, leur transformation, leur gestion ou leur préservation.

Revue Écologie & Politique

La revue se veut un forum pour défendre et promouvoir les projets d’alternatives sociales et politiques fondées sur l’appartenance des humains à la nature et non sur leur opposition. Elle se propose de débattre librement des valeurs de l’écologie et du socialisme, du féminisme, du pacifisme, de l’antiracisme, de la citoyenneté intégrale pour toutes et tous. Indépendante de toute organisation et de toute institution, Écologie & Politique entend être le lieu où peuvent débattre des hommes et des femmes libres de toute allégeance à un parti ou à un dogme, sans exclusive aucune.

SER (RT 38 AFS)

La visée de ce carnet est de centraliser les informations concernant la vie et les activités du réseau thématique n°38, de participer à la visibilité de la sociologie de l’environnement au sein du champ des sciences sociales et auprès d’un public plus large, de partager des questions de recherche, des hypothèses et des points méthodologiques et, enfin, de créer un espace de débats et de ressources (comptes-rendus de lecture, bibliographie…).

SGEP

Etabli comme le « Green Politics Standing Group » par Dick Richardson et rebaptisé en 2012 « Standing Group on Environmental Politics », le SGEP cherche à servir de nœud de réseau pour les spécialistes des politiques environnementales, à faciliter le dialogue entre les chercheurs travaillant sur la politique environnementale, en particulier dans les pays européens, et à promouvoir l’étude des politiques environnementale dans la communauté de la science politique.

Society & Natural Resources

La revue publie des travaux en sciences sociales relatifs aux processus bio-physiques, aux politiques et aux pratiques qui se déroulent dans le monde et à des échelles variées. Elle envisage les perspectives culturelles, psychologiques, économiques et politiques afférentes aux forêts, océans, sols et eaux, et appréhende une variété de sujets tels que les populations et aires protégées, globalisation et capitalisme, justice environnementale, résilience communautaire, changement climatique, etc.

VertigO

Fondée en 2000, VertigO est une revue scientifique interdisciplinaire de sciences naturelles et de sciences humaines dont les articles sont soumis aux règles usuelles d’évaluation par un comité de pairs. Elle assure la promotion et la diffusion au sein de la francophonie de recherches et d’analyses scientifiques sur les grands problèmes environnementaux contemporains. En moins de 8 ans, elle a réussi à s’imposer au plan international comme étant la première revue électronique francophone en importance dans le domaine des sciences de l’environnement.

Zilsel

L’ambition centrale du carnet de recherche Zilsel est de rendre compte des façons de concevoir les sciences, les savoirs et les techniques d’un point de vue qui emprunte à la fois à l’histoire, à la sociologie, à l’anthropologie et à la philosophie. Il s’agit, à travers ce prisme clairement interdisciplinaire, de faire droit aux analyses que les sciences humaines et sociales et la philosophie peuvent produire sur les connaissances savantes, leurs moyens de production et les conditions de leur mise en circulation dans l’espace social. Les participants au carnet Zilsel portent une grande attention aux objets nouveaux qui peuvent émerger en sociologie, en histoire, en anthropologie et en philosophie des sciences et des techniques. De même, ils restent soucieux d’une inscription dans l’historiographie longue des champs d’objets dans lesquels ils viennent à opérer : loin des zeitgeist parfois tapageurs ou des modes dans les « études des sciences » (science studies), souvent sans lendemain, ils mettent en lumière les strates successives de questionnements sur les savoirs.

.

Merci à Guillaume Blanc, du site Humanités environnementales, pour sa grande contribution à cette page.

Colloques, thèses et appels à communication

 

Bonjour,

Compte tenu du caractère chronophage de la mise en ligne des annonces pour notre petite équipe, nous avons interrompu progressivement et temporairement la mise en ligne systématique des annonces qui nous paraissaient intéressantes pour le réseau.
Vous pouvez vous rendre sur le portail Calenda, qui recense toutes les annonces en sciences humaines, avec des catégories spécifiques (études urbaines, géographie, études du politique, etc.) : https://calenda.org/search?primary=fsubject&fsubject=258

Par ailleurs, la plupart des annonces que nous mettions en ligne étaient issues de trois listes d’envoi auxquelles vous pouvez vous inscrire :

Pour s’inscrire à la liste (très active) [geotamtam] (informations liées de près ou de loin à la géographie) : https://sympa.unil.ch/sympa/info/geotamtam

Pour s’inscrire à la liste [la_recherche] (informations liées à la recherche en architecture) :
la_recherche@archi.fr

Pour s’inscrire à la liste [RT38-AFS] (information liées à l’environnement) : RT38AFS@googlegroups.com

.

Thèses et Habilitations à Diriger des recherches

.

Écoles d’été, ateliers, appels à projets

.

Appels à communications

.

Colloques et journées d’étude

Environmental Justice Conference 2019: ‘Transformative Connections’

Du 2 au 4 juillet 2019
Université d’East Anglia (Royaume-Uni)

This panel hence focusses on the distinctiveness (or lack thereof) of French/francophone approaches to environmental justice. We hope to move this conversation forward by establishing cross-Channel connections between academic environmental justice networks in the UK and in France. We seek empirically or theoretically framed works that engage with topics such as (but not limited to):
• The differences and/or similarities between anglo-american/liberal environmental justice and francophone ‘environmental inequality’ (inégalité environnementale)
• The usefulness/adequacy of anglo-american/liberal environmental justice approaches in francophone contexts
• The potential of French/francophone thought for EJ, including (but not limited to):
– French social theory and post-structuralism (e.g. Bourdieu, Derrida, Deleuze, Foucault, Sartre)
– francophone postcolonial work (e.g. Césaire, Fanon, Mbembe, Senghor, Vergès)
– French degrowth & political ecology (e.g. Gorz, Latouche)
– French gender studies, intersectionality, ecofeminism, and ethics of care (e.g. Fassin, Guétat, Hache, Larrère, Stengers, Zitouni)
• Do EJ struggles in francophone countries generate different political claims?

Information about the conference

.

Les risques émergents de la mobilité durable

9-10 juillet 2019
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Salle Duby)
5 Rue Château de l’Horloge à Aix-en-Provence

Les inflexions contemporaines des politiques urbaines en faveur de la mobilité durable, légitimes au regard de la nécessaire transition écologique, semblent générer de nouveaux dysfonctionnements : difficulté de lecture des espaces réaménagés pour les trams et bus en site propre, nouveaux types d’accidents (tram/piéton), restriction d’accès à certains espaces urbains (tarification) et développement de nouveaux usages (deux-roues motorisés), développement spatialement sélectif des quartiers “verts” et “apaisés” pouvant alimenter la ségrégation sociale intra-urbaine. L’hypothèse générale est que la grandeur de la justification écologique relègue au rang d’impensés les dysfonctionnements induits par les politiques de mobilité durable. Dans ce contexte, le projet RED vise à produire des connaissances sur les risques émergents des politiques de mobilité durable, à travailler la question de la représentation et de la modélisation de ces risques, à favoriser leur intégration dans l’action publique.
L’inscription au colloque est gratuite mais obligatoire. Le nombre de places est limité.

je m’inscris (page du site du colloque)
Pré-programme PDF

.

Séminaires

Deuxième Vie des Objets

École des Mines de Paris (60 Boulevard Saint-Michel, 75006 Paris)
Programme du séminaire

Partenariats

.

Plusieurs partenaires contribuent financièrement à l’activité du réseau « Approches critiques du développement durable » et des ateliers qu’il anime :

Équipe de recherche AUS

UMR LAVUE

.