Colloques, thèses et appels à communication

.

Thèses et Habilitations à Diriger des recherches

.

Écoles d’été, ateliers, appels à projets

.

Appels à communications

Panel « Urban energy transitions: emergent intermediaries and the need to connect energy flows »
Sustainable Urban Energy Systems conference

TU Delft Science Centre, 8 – 9 November 2018
Deadline for submissions : 20 July 2018

Recent works on the transformation of urban socio-technical systems have been calling for a new approach to networks that avoids disconnecting production from consumption; intermediaries – which work across different scales and realms of action and in between other actors – have been argued to be crucial in sustainable transitions (Guy et al., 2011).
The existing literature on “energy intermediaries” – which focuses mainly on low carbon cities (Hodson et al, 2013; Bush et al., 2017) and on community renewable energy (Hargreaves et al., 2013; Hyysalo et al. 2018) – describes these as actors doing relational work (interpreting regulations, promoting socio-technical innovations, facilitating exchange of experiences etc.). Their main role appears to be in “connecting, translating and facilitating flows of knowledge” between other actors, namely providers, users and regulators (Van Lente et al. 2003; for a critical review, Parag & Janda, 2014).
However, connecting production and consumption also requires specific systems (infrastructures, organizations and rules), often already in operation. Therefore, analyzing the role of energy intermediaries involves investigating the changes in the links between places of production, consumption and storage. Although spatial and relational factors have been progressively acknowledged within transition studies over the last years (Truffer & Coenen, 2012; Bridge et al., 2013 ; Bulkeley et al., 2014 ; Hansen & Coenen, 2015), further work is needed to understand these changes. Amongst others, Debizet et al. (2016) proposed the “socio-energy assemblage” notion to trace actors and artefacts within energy flows and their shifts towards a spatial proximity between production and consumption. Other concepts could also be discussed.
The goal of this panel is thus to explore an understudied aspect of the intermediary function, that of connecting energy chains. How do intermediaries hinge on urban energy planning? To energy management? For how long are they getting involved into those processes? Which relational and physical (i.e. infrastructure) perimeter do they get engaged into? What additional concepts can be used to theorize intermediation processes? We invite empirical contributions that seek to better understand energy transition processes and intermediaries by considering together their relational and material aspects.
Please send title, abstract of 500 words and author information to the following address until 20 July 2018 : melike.yalcin-riollet@umrpacte.fr

conference website

.

Réenchanter le sauvage urbain : percevoir, penser et vivre avec la nature dans son milieu urbain

Colloque international à Perpignan au Palais des Rois de Majorque, du 11 au 14 juin 2019
Date limite de soumission : 1er octobre 2018

Atelier de recherche en écocritique et écopoétique sous l’égide du CRESEM, Université de Perpignan Via Domitia (UPVD).
Après une journée d’étude exclusivement consacrée au « Végétal dans son milieu urbain » organisée à Perpignan en Mai 2017, le présent colloque international a pour vocation de prolonger les recherches précédemment menées, tout en élargissant le mouvement de réenchantement des relations complexes et souvent invisibles entre humains et extra-humains, relations enracinées cette fois dans des mondes en devenir spécifiquement citadins.
Modalités de soumission
Le colloque se tiendra en anglais et en français. Les propositions de communications (300-400 mots) sont à envoyer, avec une brève notice bio-bibliographique (5-6 lignes) à ecopoeticsperpignan2018@gmail.com, avant le 1er Octobre 2018. Le retour du comité scientifique parviendra aux auteurs à la mi-novembre.

.

Approches critiques de la dimension spatiale des rapports sociaux : Débats transdisciplinaires et transnationaux

Organisé par l’UMR ESO (Espaces et sociétés) et le Groupe transversal JEDI (Justice, espace, discriminations, inégalités) du Labex « Futurs urbains » (Université Paris-Est)
Caen, 26-28 juin 2019
Date limite de soumission : 15 novembre 2018

Le point de départ de ce colloque est la dynamique et la visibilité récentes des approches critiques des rapports sociaux dans la géographie française, alors que les analyses mettant l’accent sur les inégalités et les rapports de pouvoir et de domination sont incontournables depuis longtemps en géographie anglophone comme bien entendu en sociologie. Pour autant, les autres sciences sociales ne prennent pas toujours en compte la dimension spatiale de ces questions, c’est pourquoi ce colloque entend ouvrir un espace de dialogue transdisciplinaire et transnational.
Les propositions de communication et les textes sont à envoyer à <jean.riviere@univ-nantes.fr> selon le calendrier suivant :
– 15 novembre 2018 : date limite de réception des propositions de communication (entre 3 000 et 5 000 signes) ;
– 15 janvier 2019 : retour de la décision du comité scientifique ;
– 1er mai 2019 : date limite d’envoi des textes définitifs (30 000 à 50 000 signes).

site du colloque

.

Colloques et journées d’étude

Managing and Monitoring of Visitors in Recreational and Protected Areas

9e conférence internationale MMV
Bordeaux, 28-31 août 2018

Co-organisé par l’unité Environnement Territoires et Infrastructures (ETBX) de l’Irstea Bordeaux et par Bordeaux Sciences Agro.
Passer du temps dans un environnement « naturel » pour se reposer, faire du sport ou tout autre activité de loisirs, est de plus en plus perçu comme une composante essentielle d’une meilleure qualité de vie. Nombre de ces usages reposent sur des processus sociaux complexes et évolutifs. Ils se pratiquent dans des espaces plus ou moins fragiles, constamment réinventés, et qui requièrent des modes de gestion inédits. Une telle gestion ne peut faire l’économie d’une observation fine des comportements et des attentes des acteurs. Ces deux thématiques, l’observation et la gouvernance, constituent les axes fédérateurs du cycle de conférences MMV Managing and Monitoring of Visitors in recreational and protected areas qui, depuis 2002, rassemblent une large communauté internationale de participants aux horizons variés.
Les conférences MMV sont des lieux de rencontres et de discussions autour de la thématique des loisirs de nature. Elles sont ouvertes à un large public de scientifiques, gestionnaires, associations et à tout autre acteur socio-économique impliqué dans ce secteur. Les conférences sont conçues avec la volonté de multiplier les échanges et discussions au travers de présentations plénières, sessions parallèles, séances posters ainsi que des visites de terrain.

Inscription

.

Séminaires

Pragmatisme et conflictualité : la critique des pouvoirs en régime de controverse

Séminaire de l’EHESS dirigé par F. Chateauraynaud et J-M. Fourniau
du vendredi 17 novembre 2017 au vendredi 1er juin 2018 de 11h à 13h
105 bd Raspail à Paris, salle 8

17 novembre 2017 : Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau (GSPR, EHESS), « Sociologie pragmatique des transformations »
1er décembre 2017 : Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS), « Logiques d’enquête et engagements normatifs dans les sociologies pragmatiques »
Séquence Enquêter dans les milieux
15 décembre 2018 : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, (GSPR), « O Fim Amargo de um Rio Doce. Second volet de l’enquête sur la catastrophe de Mariana au Brésil »
19 janvier 2018 : Emmanuel Renault (Sophiapol, Paris 10) « Terrain ou interdisciplinarité en philosophie sociale : à quelles conditions un philosophe peut-il légitimement s’engager sur un terrain » (autour de Reconnaissance, conflit, domination, paru aux Éditions du CNRS en février 2017)
2 février 2018 : Sandra Laugier (ISJPS, Paris 1) et Albert Ogien (Cems, EHESS), « Les nouveaux habits de l’antidémocratie » (autour de Antidémocratie », paru à la Découverte en octobre 2017).
16 février 2018 : Marion Carrel (Ceries-Lille 3 et CEMS-EHESS), « Expériences des discriminations et politisations émergentes dans les quartiers populaires »
2 mars 2018 : Jean-Michel Fourniau (GSPR, EHESS), « La pluralité des chemins de la transition écologique : quels retours sur les projets de recherche en SHS »
16 mars 2018 : Christophe Traïni (CHERPA, IEP Aix-en-Provence), « Entre mise à l’épreuve des émotions et formalisation d’expertise. La simulation judiciaire comme mode de contestation »
6 avril 2018 : Christine Guionnet (ARENES, Rennes 1), « Nuit Debout Rennes : au-delà des traces mémorielles, l’esquisse d’un “engagement citoyen rhizome” »
Séquence Enquêter sur le futur
4 mai 2018 : Arnaud Saint-Martin (Printemps, UVSQ), « L’émergence du “NewSpace” : acteurs, projets, réseaux »
18 mai 2018 : Francis Chateauraynaud (GSPR, EHESS), « L’ordre computationnel et le mythe de la “super-intelligence”. Regard critique sur l’économie des promesses dans les mondes numériques »
1er juin 2018 :  Martin Denoun (GSPR, EHESS), « La maintenance des futurs : le cas des réacteurs nucléaires à neutrons rapides »

Site Internet du séminaire

.

Théories, Méthodes et Enjeux de la Collaboration

2e étage du 7 square Max Hymans, Paris
Tous les deuxièmes Vendredi du mois, de 9h à 12h

La Fabrique des Territoires Innovants a le plaisir de vous inviter au séminaire 2017-2018 « Théories, Méthodes et Enjeux de la Collaboration », qui aura lieu tous les deuxième Vendredi du mois, de 9h à 12h, au 2e étage du 7, square Max Hymans.

Pour notre première séance, le Vendredi 13 octobre « Aux origines du mouvement collaboratif, la culture hacker », nous avons le plaisir d’accueillir : Camille Bosqué (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), qui nous présentera ses travaux autour des Fablabs et de la fabrication numérique.

Site internet du séminaire
Présentation et programme du séminaire

.

Habiter, la part de l’être – Comment repenser les liens entre habiter, exister, participer ?

Lieux : Grenoble (ENSAG) et Lyon (ISH)

Ce séminaire pluridisciplinaire de sciences humaines et sociales entend travailler à explorer les liens entre habiter et participer, à partir de terrains d’enquêtes contrastés et en faisant l’hypothèse que ce n’est pas un habiter a priori – entendu comme un état de fait – qui devrait fonder la sollicitation à participer ; pas plus qu’à l’inverse, ce n’est un principe externe de « bonne pratique » de gouvernance qui requiert une participation des habitants. En somme, il s’agit de mettre à l’épreuve l’hypothèse qu’habiter et participer émergent conjointement et contribuent ainsi à doter les agents qui y prennent part d’une consistance spéciale. Cette dernière pourrait correspondre à un habiter vis–‐a–‐vis duquel on se sent responsable du fait d’avoir pris part aux conditions et au processus de sa formation ; voire, à un habiter dont on est ontologiquement partie prenante au sens où il constitue lui–‐même la condition et le cadre pour un certain mode d’existence.
Nous faisons ainsi le pari qu’habiter et participer n’ont pas à être postulés, tels des prérequis, comme c’est souvent le cas dans la participation institutionnelle à partir de l’injonction circulaire : « il faut faire participer les habitants parce qu’ils sont (déjà) habitants ». Nous formulons au contraire l’hypothèse générale qu’habiter et participer émergent conjointement et se consolident mutuellement dans le temps même de l’exploration, menée par les agents, de ce que c’est ou de ce que cela pourrait être que d’habiter ici, selon les modalités des agencements tout à la fois matériels et relationnels qu’ils mettent en place.
Pour cela, le séminaire sera particulièrement centré sur les démarches ethnographiques fortes, non au sens d’une réduction disciplinaire, mais à celui plus ambitieux d’une forme de politique de l’enquête : à savoir une observation au plus près des pratiques ou une attention resserrée aux phénomènes.

Programme du séminaire

.