Un développement insoutenable ?

.

Les conventions sociales qui structurent habituellement les situations et les collectifs constitués sont aujourd’hui éprouvées par un double processus de fragmentation et de mondialisation. Portée par la plupart des institutions internationales, l’analyse de ce double processus en termes de développement durable déplace l’attention des inégalités sociales vers les inégalités écologiques, par exemple celles liées à la montée des eaux. La nature devient donc un nouveau moyen de créer du bien commun. Cette question des inégalités écologiques est généralement abordée en considérant la “rareté relative”[1] des biens environnementaux et se préoccupe de “ce que la nature peut supporter”[2]. Plus radical, le concept de décroissance met à nu certaines contradictions essentielles de l’approche en termes de développement durable[3]. Cette alternative radicale peut-elle cependant se nourrir des autres entreprises critiques du développement durable pour mieux les inspirer ?

Présentation générale des axes du réseau AC/DD