Archives par mot-clé : Lea Eynaud

“Communs mondiaux” et pratiques de transition. Les échelles de l’engagement en question

Cycle « Écologie des pratiques et place des collectifs »

Douzième journée de l’atelier “Habiter la transition. Des pratiques existantes
aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés”

Atelier thématique commun aux réseaux ACDD et ReHaL
En partenariat avec le Master “Habitat et ville durable – Pour une approche critique de la fabrique urbaine”

Mardi 14 mai 2019 (9h30-17h00)

École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris la Villette
144 avenue de Flandre 75019 PARIS
Salle 112 B

Programme et plan d’accès PDF

Coordinatrice et coordinateur de la séance : Léa Eynaud[1] et Frédéric Sultan[2]

Du côté de la recherche comme des organisations internationales, il est courant de désigner sous l’appellation de « biens publics mondiaux » ou de « biens communs de l’humanité » un certain nombre de ressources dites « naturelles » telles que l’eau, le climat, la couche d’Ozone, la biodiversité ou encore la planète elle-même. À l’échelle locale, les travaux de la prix Nobel d’économie Elinor Ostrom[3] ont également mis en lumière la capacité de collectifs auto-organisés à gérer durablement des bassins de ressources naturelles (pêcheries, forêts, systèmes d’irrigation etc.), quelque part entre le marché et l’État. Toutefois le lien entre communs et écologie, tel qu’il se déploie dans l’arène politique et scientifique, connaît à notre sens deux principaux angles morts.
Premièrement, nous en savons peu sur les pratiques à l’œuvre dans des initiatives qui pourraient se réclamer de la notion de (biens) commun(s). Pourquoi s’engage-t-on dans des initiatives de transition en gérant des ressources en ‘commun’ ? Et comment s’y prend-on concrètement ? Quelles sont les pratiques qui comptent ? Quelle est la cause plus grande pour laquelle on se bat ? Disparition des ressources ? Effondrement général ?
Deuxièmement, le flou demeure quant à la manière dont les acteurs eux-mêmes, emboîtent les échelles, depuis des initiatives ultra-locales jusqu’à des problématiques d’ampleur globale, de l’habiter au dérèglement climatique. Quels liens les acteurs opèrent-ils sur le terrain entre leurs pratiques et toutes sortes de politiques institutionnelles présentes à des échelles plus vastes ? Comment se mobilisent-ils ? Comment se fédèrent-ils ? Et quel(s) cadre(s) juridique(s) invoquent-ils ?
Alors que certains auteurs se focalisent sur des initiatives micro-locales, d’autres, se réclamant notamment de l’anthropocène, ne voient de transition possible qu’à des échelles géologiques. Dans les dynamiques mondiales en cours, entre en ligne de compte la capacité des territoires à affronter les changements liés, d’une part, à la globalisation et à la représentation des enjeux environnementaux par l’anthropo-scène, véritable “opérateur de totalisation ou de fédération de causes” et d’autre part, aux possibilités différenciées de construction de la vie sociale. L’hétérogénéité des “développements” se traduit, en effet, par des assemblages qui portent des communautés de valeurs et des compositions de communs qui refusent les normes occidentales ou l’irréversibilité décrite par l’anthropo-scène.
Deux notions requièrent ainsi une attention : celles d’interdépendance et d’agencements, désignant au sein des territoires, l’implication de différents êtres pour ouvrir de nouvelles significations (résistance, non-scalability, processus collaboratifs). Dans de très nombreux cas, par exemple dans la réparation de territoires, mais pas seulement (Zones à défendre, communs, critique de l’extractionnisme, alternatives coopératives), les histoires de lieux et de vie, les dispositifs et les fragments de territoires se combinent les uns aux autres, les agencements étant toujours situés et à la fois réticulaires et connectés.
Il s’agira donc d’interroger l’expression de « (biens) communs mondiaux » en elle-même. L’échelle globale va-t-elle effectivement de soi lorsque l’on parle de préserver la biodiversité, la terre, ou encore le climat ? Et si oui, dans quelle mesure ? Dans quels cas ? Et comment les acteurs s’organisent-ils à l’échelle trans- ou internationale ?
Pour répondre à ces questions, les travaux de Pierre Dardot et Christian Laval[4] posent de précieux jalons. Prenant à revers tout à la fois la part de naturalisme contenue dans l’approche économique des “biens communs” et la dimension essentiellement défensive de l’entrée par les droits fondamentaux de l’humanité, ils mettent en avant la praxis instituante qui donne forme au commun comme le lieu par excellence du politique. Leurs travaux présentent en outre l’intérêt de transcender le localisme d’Elinor Ostrom en replaçant les communs dans le champ des luttes et en appelant à leur fédération, sur fond de crise du système néolibéral.
Mais comment cette pensée peut-elle dialoguer concrètement, avec les actions et les enjeux que rencontrent ceux qui s’impliquent sur le terrain, et à différents niveaux, dans des pratiques de transition ? Comment le commun peut-il donner sens à ces pratiques et, inversement, comment la sociologie du commun peut-elle apprendre de la spécificité des expériences et de luttes qui articulent les échelles, des pratiques du proche aux enjeux planétaires ?
Sans faire du commun la qualité d’un certain type de bien ou une dimension spontanée de l’agir humain, c’est bien la dimension politique des pratiques de transition que nous souhaitons interroger lors de cette séance, telle qu’elle se déploie dans l’espace et dans le temps. Nous poursuivrons cet objectif en organisant la rencontre entre chercheurs et activistes d’une part, mais aussi en portant une attention particulière à la dimension internationale des pratiques auxquelles les acteurs s’emploient, des arènes dans lesquelles ils s’engagent et des causes qu’ils défendent.

Les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous :
Cliquez sur le passage du programme concerné, puis sur « Télécharger » : le fichier peut alors être écouté ou téléchargé (clic droit sur la barre de progression audio et choisir « Enregistrer le fichier sous… »)

Introduction de Léa Eynaud  Enregistrement audio

Matinée (9h30 – 12h30) :

Après-midi (14h – 17h) :

[1] Doctorante contractuelle en Sociologie et Sciences de l’Environnement (École des Hautes Études en Sciences Sociales – CEMS et Université Libre de Bruxelles – IGEAT)
[2] Militant des communs, co-fondateur du Réseau francophone des communs et de l’association Remix the commons
[3] Ostrom, E. (1990). Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Actions. Cambridge: Cambridge University Press. La gouvernance des biens communs : pour une nouvelle approche des ressources naturelles/ Traduction et révision scientifique de Laurent Baechler, Bruxelles ; Paris, De Boeck, 2010.
[4] Dardot P., Laval C. (2014), Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte
[5] Philosophe, Professeur honoraire de Première Supérieure et chercheur rattaché au laboratoire Sophiapol de l’université Paris Nanterre
[6] Militante et chercheuse, co-fondatrice du Laboratory of Insurrectionary Imagination et co-auteure de l’ouvrage Les sentiers de l’utopie
[7] Sociologue, Professeure (ENSA Paris Val de seine). En délégation au CNRS-CRFJ au 01/09/2017
[8] Sylvaine Bulle n’a pas souhaité mettre en ligne sa communication

CV des membres du réseau ACDD

.

Courriels et informations principales concernant chaque membre du réseau : (cliquer ici ou sur les icônes ci-dessous)

Icone excelopen_office_calc_48

Les CV sont directement disponibles dans le tableau ci-dessous lorsque les noms sont soulignés :

(au 16 mai 2019)

Accéder à la page « Inscription »

NOM PRENOM AXES PROFIL
CV
ABADA ROFIA
ABENHAIM ANNA 2, 4 A CV
ACHEK YOUCEF MARIA
ADAM MATTHIEU 2, 4, 5 A, B CV
ALFARO JUAN-J.
AMAT AMANDINE
ARBOLEDA MANUELA CV
AUCLAIR ELIZABETH 1 A,B CV
BAHERS JEAN-BAPTISTE 1 B
BAILLEUL HELENE
BARTHEL PIERRE-ARNAUD CV
BARTHELEMY CAROLE
BATICLE CHRISTOPHE 3,4 CV
BAUDEMONT MICHEL 3,4 B
BEAURAIN CHRISTOPHE 1 A CV
BEAUVAIS FELIX
BELILI SAFI
BEN OUADA JAMOUSSI HANENE 1, 2 A
BERTE SALIMATA 5 C
BESLAY CHRISTOPHE 3 A CV
BIZA MEDARD 1, 4 A CV
BLOT FREDERIQUE 4 A, B CV
BOISSONADE JEROME 4 A,B,C CV
BOUDES PHILIPPE
BRISEPIERRE GAETAN 1,2,3,4 C CV
CARAT NOEL CV
CHAGGAR MERIEM 4 B CV
CHARDON ANNE-CATHERINE 1 B CV
CHEBROUX JEAN-BERNARD
CHERRADI JAMILA 2 B CV
CLERC VALERIE 3 A CV
DAMAY LUDIVINE
DANTEUR THIBAULT 1, 3, 5 A, C CV
DARROT CATHERINE 4, 5 CV
DE CASTRO CALDAS VITOR AUGUSTO
DELDREVE VALERIE
DELOGE JULIE 4 C CV
DESMOULINS LUCILE
DEVISME LAURENT 2, 4 C
DIABI FETHI DJAHID
DIESTCHY MIREILLE
DJEFFAL DJAFAR 6
DOUMENC LUC CV
DURAND SEVERINE  1  A CV
EGGER LUC CV
EL ARAARI ZAHRA 5 D CV
EUZEN AGATHE
EYNAUD LEA 1 A, C
CV
FABUREL GUILLAUME
FAIVRE-MALFROY FLORIAN CV
FLIPO FABRICE CV
FLORENTIN DANIEL  1, 5  A, B CV
FRANCOIS MARIE 1 A CV
GAGNEBIEN ANNE CV
GALI ASSIA
GANESSANE BALA 1, 2, 3
GBECHOEVI ALEXANDRE CV
GENESTIER PHILIPPE
GHYOOT MICHAEL
GOFFI MELANIE
GONZALEZ GABRIEL 2, 3, 5 B CV
GOURNET ROMAIN
GRAC (Groupe recherche Action)
GRANIER BENOIT 2,3 A CV
GRONDEAU ALEXANDRE
GUERRIN JOANA 1,2,3 B CV
HAGEL ZOE 2,3 A CV
HAMDANI AZIZ A, D
HERAT ARLETTE
HEURTEUX AURELIA 2 A CV
HUYGUE MARIE 2 A CV
IBANEZ FRANCOIS 4 A
IZQUIERDO KARINA 1 B CV
JEGOU ANNE 2 A CV
KELLOU IMANE
KERMICHE SARAH A, B CV
KOLB VIRGINIA CV
LABRANCHE STEPHANE CV
LACROIX GUILLAUME 4, 5 A, C CV
LAIGLE LYDIE
LAMBALLE RENE-HENRI CV
LANGUILLON RAPHAEL 4 A CV
LANTENOIS CATHERINE
LATKA FLORENT
LEBOIS VALERIE
LEGUY EMMANUEL
LEJEUNE CAROLINE
LEVY ALBERT 1, 4 A, B, C
LEY LUKAS
LLORENTE MARIE 2,3 A CV
LY AMINATA
MACCHI NOELLE
MAGAUD CLAIRE CV
MANOLA THEA 1, 3 A
MARCOS ISABEL
MENARD FRANCOIS D
MENOZZI MARIE-JO
MEQUIGNON MARC 3 CV
MERIGOT BERNARD 2 C
MOLINA GERALDINE
MORAND LUDOVIC 1, 2 A
NEDJAR-GUERRE AKILA 3 A CV
NEMOZ SOPHIE 1, 2, 3, 4 A CV
NEUWELS JULIE
OSADTCHY CLARA 3, 4 A, B CV
PAILLOUX ANNE-LAURE 1, 4, 5 B, C CV
PAUTARD ERIC
PERAULT EMILIE 5 C
PERRIN JACQUES-ARISTIDE 3, 5 A, C CV
PERROT-DESSAUX CHARLOTTE
PERROTTI DANIELA 4 A
PETIT OLIVIER
PEYRAT ELODIE
PEYROUX ELISABETH 1, 2 B CV
PHILIFERT PASCALE
PILO FRANCESCA
PONCET REMY 1 A, D CV
PRIE VINCENT 2 C CV
POUPONNEAU CLEMENT 5 C CV
RABIE JOSEPH
REGINENSI CATERINE CV
REIGNER HELENE CV
RENAULD VINCENT CV
ROBERT CORALIE 2, 4 C CV
ROLLAND LISA 5 A, B, C CV
ROUILLE GAELE 3, 4, 5 CV
RICHARD ISABELLE 4, 5 A CV
RICHARD RAYMOND 4 A
SALAUN GUILLAUME  1, 2, 6  B, D
SCHMIDT BENJAMIN CV
SHEN XIN
SISTEL ANNE CV
SOARES-GONCALVES RAFAEL
SOCIE ANNE-SARAH 4 CV
STAMBOULI JACQUES 1 CV
THEILE DOMINIQUE 4,5 C CV
THOREAU FRANCOIS CV
TSAYEM DEMAZE MOISE 4 B, C CV
VALEGEAS FRANCOIS 2 A CV
VALLET BERTRAND
VARLET DELPHINE
VASHALDE DIANE
VIALAN DAPHNE 3 A CV
VIDALAIN MELODIE
VILLALBA BRUNO
VINCENT AYMERIC 1, 5 C, D CV
XIAOYAN XIE CV
YOUBI ABDESLAM B CV
ZELEM MARIE-CHRISTINE 1, 3, 5 C CV
ZORELI MOHAMED-AMOKRANE

Inscription au réseau

L’inscription au réseau “Approches Critiques du Développement Durable” (AC/DD) vise essentiellement à constituer un réseau informel sur les questions évoquées dans la page présentation du réseau, afin de mettre en œuvre notamment des groupes de recherche transversaux susceptibles de répondre à des appels à projets.

Accéder à la page « Membres »

Ces groupes de recherche seront potentiellement ouverts à des chercheurs :

Intérêts de recherche

A.    Travaillant les questions posées par le développement durable et souhaitant approfondir la dimension critique de leurs recherches,

B.     Ayant une approche critique dans leurs travaux et souhaitant aborder les problématiques liées au développement et à la ville durables,

C.     S’intéressant au travail critique réalisé par les acteurs et les usagers à propos des “objets” durables. Ceci, en s’attachant notamment aux liens que ces acteurs et usagers entretiennent actuellement et ceux qu’ils pourraient mettre en œuvre.

D.    Autre profil à proposer

Axes critiques

Pour formaliser ce réseau, nous avons mis en évidence cinq axes de travail qui reprennent ceux du colloque. Ils ne sont ni exclusifs les uns des autres ni exhaustifs, mais constituent une trame pouvant permettre aux uns et aux autres de situer leur approche.

·         Axe 1 : Un développement insoutenable ?

·         Axe 2 : Une gouvernementalisation des conduites ?

·         Axe 3 : Une démocratie par les instruments ?

·         Axe 4 : Une justification écologique ?

·         Axe 5 : Une durabilité techniciste ?

 ·      Axes suivants éventuels : A proposer

 

Inscription

Envoyer un courriel à l’équipe du réseau ACDD en indiquant :

·         Le profil A, B, C ou D dans lequel vous pensez vous situer (en précisant le contenu pour un éventuel profil D)

·         L’axe de 1 à 5 dans lequel  vous souhaiteriez travailler au sein d’un éventuel groupe de recherche pluridisciplinaire (en précisant le contenu pour un éventuel axe 6)

·         Si vous souhaitez mettre votre CV en ligne sur le site

Bienvenue

 

Équipe d’animation et contacts

.

Cliquer ici pour prendre contact avec un.e membre de l’équipe d’animation du réseau

.

Jérôme Boissonade (responsable du réseau)

Jérôme Boissonade est Maître de Conférences à l’Université du Littoral (ULCO) et membre de l’équipe de recherche AUS (UMR 7218 LAVUE). Il est diplômé de l’Université de Paris X – Nanterre (doctorat de sociologie) et de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris – La Villette (Architecte DPLG). Ses enseignements relèvent essentiellement de la sociologie urbaine et du développement durable (Université du Littoral et Sciences Po. Lille) et ses recherches portent sur les approches critiques du développement durable (responsable du réseau AC/DD), ainsi que sur les relations entre politiques publiques et mobilisations. Il est par ailleurs, membre du comité de rédaction des Annales de la Recherche Urbaine, Président du Conseil Scientifique de l’UMR 7218 LAVUE jusqu’en 2016 et membre du Conseil de Laboratoire de cette UMR.
.

Guillaume Lacroix

Diplômé de SciencesPo Lyon et doctorant en études urbaines, Guillaume réalise sa recherche doctorale sous la co-direction de Jérôme Boissonade grâce à un contrat CIFRE entre l’UMR LAVUE (Paris 8, équipe AUS) et un grand bureau d’études pluridisciplinaire en ingénierie. Sa thèse interroge les ambiguïtés de la relation de service entre commanditaires publics et prestataires privés de l’aménagement. Mobilisant une méthodologie qualitative (observation-participante, entretiens semi-directifs), il s’intéresse notamment à l’évolution de l’activité de conseil et d’expertise en aménagement des bureaux d’études, au prisme des mutations d’une commande publique locale sommée d’intégrer le développement durable.

.

Sophie Nemoz

Sophie Némoz est Maître de Conférences à l’Université de Bourgogne/Franche-Comté et membre du Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA-UBFC). Elle a soutenu à l’Université Paris Descartes une thèse sur les politiques et les pratiques professionnelles et domestiques de l’habitat durable, dans une approche comparative entre la France, la Finlande et l’Espagne (Nemoz, 2009). Après avoir effectué un post-doctorat à l’Institut de Gestion en Environnement et d’Aménagement du Territoire de l’Université Libre de Bruxelles (2010-2011), elle a été maître de conférences contractuelle au sein de la Chaire internationale sur les éco-innovations à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (2012-2015). Ses recherches interrogent la transition écologique et énergétique des territoires, en mobilisant différentes méthodes d’enquêtes de terrain, qualitatives comme quantitatives.
.
.

Elisabeth Peyroux

Elisabeth Peyroux est chargée de recherche au CNRS, à l’UMR 8586 Prodig, Paris. Elle est titulaire d’un doctorat de Géographie de l’Université de Paris X –Nanterre. Ses travaux portent sur la circulation internationale des normes et des modèles urbains et leur inscription dans les villes du Sud (Afrique du Sud plus particulièrement). Elle a participé à la finalisation d’un programme de recherche européen portant sur les stratégies de développement durable des villes du Sud dans une perspective comparée (Inde, Afrique du Sud, Brésil, Pérou) (Chance2Sustain). Membre de deux réseaux de recherche sur l’habitat en France (le Rehal – habitat et logement) et à l’échelle européenne (ENHR, European Network for Housing Research), elle coordonne le Groupe de Travail « Circulation des modèles et hétérogénéité des développements ») du Labex Dynamite (géré par l’université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, membre de la ComUE HeSam – hautes études Sorbonne arts et métiers).

.
.

 Dominique Theile

Issu du milieu universitaire (diplômé en Urbanisme, ancien doctorant au LATTS-ENPC), entrepreneur individuel depuis 1995, en recherche, conseil et formation en socio-économie et prospective de l’habitat. Ses travaux et interventions portent sur la diffusion d’innovations techniques et les résistances au changement sous l’angle des rapports entre cultures, usages, réglementations, techniques… principalement sur l’efficacité énergétique et la gestion des ressources, au regard des défis climatologiques, et des pratiques de confort.
.
.

François Valegeas

François Valegeas est Maître de Conférences à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et membre du laboratoire ART-Dev (UMR 5281). Il a soutenu une thèse en urbanisme et aménagement de l’espace à l’université Paris Est (Lab’Urba et Laboratoire Ville Mobilités Transports) en 2014. Ses enseignements relèvent de l’aménagement et des politiques urbaines, et ses recherches portent sur la conception des projets urbains durables (valeurs, principes, référentiels) et les modalités d’appropriation de l’habitat durable (pratiques, trajectoires résidentielles, réception des normes d’habiter). Il travaille aussi sur la légitimité des savoirs et compétences des habitants (notamment jeunes et catégories populaires) dans la production urbaine.

 

Network presentation

.

Critical Approaches of Sustainable Development

The notion of sustainable development is part of many researchers’ critical work. However this research is often fragmentary and the “sustainable” object is often secondary. Those two aspects can conceal the critical transversalities that lie within the topics of sustainable development.

Thus it would be appropriate to adopt a reflexive approach examining the theoretical, empirical and scientific foundations of these terms and the research objectives so many researchers focus on. Consequently, we would like to identify all the scientific disciplines involved in these critiques, depict their potential coherence but also the differences they face regarding the practical, the epistemological, the theoretical or any other aspect of the scientific work.

Therefore, this network should be the occasion to debate on these questions uniting researchers carrying a reflexive approach onto their own work and other professionals.

In order to achieve these goals we set out four research axes which are neither exclusive nor exhaustive. They rather represent a framework which might help researchers to situate their approach.

Axis 1 : An unsustainable development ?

The social conventions structuring the situations and the communities currently suffer from a double process of globalization and fragmentation of society. Supported by most of the international institutions, the analysis of this double process distracts the attention paid to social inequalities towards ecological inequalities, for instance the ecological inequality linked to water-level rising. Consequently nature itself becomes a tool for the creation of a common good. In general, the question of ecological inequalities can be broached by considering the “relative rarity”[1] of environmental goods. It rather focuses on « what nature can endure »[2]. More radical, the concept of degrowth reveals some essential contradictions in the approach of sustainable development[3]. However, to what extent can this radical alternative be nourished from other critical approaches in order to inspire them?

Axis 2 : A governance of conducts ?

Approaches towards sustainable development try to control people’s conduct by inventing new practices of social responsibility, a governance able to organize a socialization going beyond the law[4]. The inflation of characteristic indicators for these approaches show the increasing importance of governmental practices of change in terms of maintaining public order and regulating behaviors. In a broader approach, this justifies the deployment of these governmental politics regarding the environment, which is contrary to the dominant liberal construction. However can these governmental politics though also give some instruments able to surpass themselves?

Axis 3 : A democracy by plan ?

Notably, the question of the environmental politics is broached through the subject of technical democracy consisting essentially in knowing « how to enter sciences in democracy »[5]. In this framework, the sense of sustainable development relies on the performance of its tools in order to deal with the stakes it raises. Concepts drawn by this research stream (hybrid forums[6], ballistics[7] etc) are based on the principle of symmetry, which leads researchers to tackle to the construction processes of environmental struggles (GMO, High Speed Trains lines). However, is the focus on the procedural dimension of sustainability based on an excessive confidence in the critical potentialities of these measures?

Axis 4 : An ecological justification ?

Often starting from an approach in terms of “arenas of public involvement”[8], the sociology of justification regarding environment firstly tried to identify the strategies, interests and justifications mobilized in infrastructure planning conflicts. Depending on the importance of transformations required, the “green greatness »[9] highlighted by the actors on this occasion, tries either to integrate nature in existing justification orders or to lead to the elaboration of an additional order or even to profoundly question the common matrix of these orders and the support it offers to those critical approaches. Sustainable development is based on the belief in this last alternative in order to reverse the critique. Indeed institutions are the ones which often support this green greatness, facing atomized individuals. However, the latter daily put to the test the different measures which are stipulated.

Axis 5 : A technicist sustainability ?

The emergence of sustainable development tends to redefine the organization of work in the mode of production of new technical objects and thereby report that humans have been maintaining with their environments in everyday life. This questions the “friendliness”[10] of eco-contemporary techniques, their ability to enroll in both the know-how and savoir-vivre in use, but also in the widening project individual autonomy. In view of the foundations of political ecology, it involves a dispute over the control possibilities of technical tools by users[11]. This paper questions the conditions of existence of face-powers against the logic of objects renewal inherent in the operation of capitalism[12].

The theme of the conference suggests many research leads from which only a few are described here. The stakes of this work in progress measure up the importance of a model which saturates the current legitimization modes of the institutions and of the experiences frameworks they try to implement.

You can also freely join the network “Critical approaches of sustainable development”

These research groups are potentially open to researchers :
A.    Working on development and sustainable city issues and wanting to broaden the critical dimension of their research,
B.     Having a critical approach in their work and wishing to tackle development and sustainable issues,
C.    Interested in the critical work performed by actors and users about sustainable « objects », paying particular attention to current and potential links between actors and users.
D.    Different profile to suggest
To formalize this network, we set out four research axes which are neither exclusive nor exhaustive. They rather represent a framework which might help researchers to situate their approach.

•         Axis 1: An unsustainable growth?
•         Axis 2: A governance of conducts?
•         Axis 3: A democracy by plan ?
•         Axis 4: An ecological justification?
•         Axis 5: A technical sustainability ?

•         The following axes: make a proposal

You can subscribe to this network by sending an email to team

Including :
•         A Curriculum
•         The profile A, B, C or D in which you think you are situated (specify the content for profile D)
•         The axis on which you want to work within a multidisciplinary research group

Conference proceeding


[1] Rawls J. (1987), Théories de la justice, Paris, Seuil

[2] Jonas H. (1990), Le principe de responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique, Paris, éditions du Cerf

[3] Latouche S. (2003), « L’imposture du développement durable ou les habits neufs du développement », Mondes en développement, Vol.31-2003/1, N°121

[4] Gautier C. (1996), « A propos du « gouvernement des conduites » chez Foucault : quelques pistes de lecture », La gouvernabilité, Paris, Presses Universitaires de France

[5] Latour B. (1999), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte

[6] Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

[7] Chateauraynaud F. (2010), De l’alerte au conflit, la sociologie argumentative et la balistique des causes collectives, Séminaire bimensuel annuel, EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris.

[8] Cefaï D., Trom D. (dir.) (2001), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Editions de l’EHESS, Collection « Raisons pratiques »

[9] Thévenot L., Lafaye C. (1993), « Une justification écologique? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de Sociologie, 34 (4), p. 495-524

[10] Illich Ivan, 1973, La convivialité, trad. de l’américain par L. Giard et V. Bardet, Tools for conviviality, Ed. du Seuil, Paris, 160p.

[11] Bosquet Michel (Gorz A.), 1978 (1ère éd. 1975), Ecologie et politique, Paris, éd. du Seuil, 244 p. (coll. «Points Politique»)

[12] Schumpeter Joseph, 1951 (1ère éd. 1943), Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 462 p..