Une démocratie par les instruments ?

.

La question des politiques de la nature a notamment été abordée à travers la problématique d’une démocratie technique qui consiste essentiellement à savoir “comment faire entrer les sciences en démocratie”[5]. Dans ce cadre, le sens du développement durable repose sur la performativité des outils qu’il se donne pour répondre aux enjeux qu’il soulève. Les concepts portés par ce courant de recherche (“forums hybrides”[6], “balistique”[7] des mobilisations, etc.) reposent sur un principe de symétrie qui conduit logiquement à s’intéresser aux processus de construction des controverses environnementales (OGM, tracés de ligne TGV, etc.). Cette mise au centre de la dimension procédurale de ces objets ne repose-t-elle pas néanmoins sur une confiance excessive dans les potentialités critiques de dispositifs, quels qu’ils soient ?

Présentation générale des axes du réseau AC/DD