Une justification écologique ?

.

Partant le plus souvent d’une approche en termes “d’arènes d’engagement public”[8], la sociologie de la justification s’intéressant à l’environnement s’est d’abord attachée à rendre compte des stratégies, intérêts et légitimations mis en œuvre lors des conflits d’aménagement. A cette occasion, les acteurs travaillent une “grandeur verte”[9] susceptible d’intégrer la nature dans des ordres de justification existants, mais aussi de conduire à l’élaboration d’un nouvel ordre, ou encore de remettre en cause profondément la matrice commune à ces ordres et l’assise qu’elle offre aux entreprises critiques. Promu par les institutions, le “développement durable” s’appuie sur la croyance en cette remise en cause profonde des ordres existants pour inverser la critique, mais ces populations mettent aussi à l’épreuve au quotidien les différents dispositifs qui leur sont prescrits.

Présentation générale des axes du réseau AC/DD