Archives de catégorie : Atelier développement durable et acceptabilité sociale

La notion d’acceptabilité peut-elle répondre aux obstacles du développement durable, sans questionner son caractère hégémonique impératif ?

Atelier DÉVELOPPEMENT DURABLE & ACCEPTABILITÉ SOCIALE

.

Atelier thématique commun au GIS ReHaL et au réseau AC/DD

 Présentation générale de l’atelier (2012-2016)

Nous souhaitons dans cet atelier nous intéresser à la dimension performative du développement durable, qui s’appuie sur un consensus moral préalable, une représentation partagée permettant aux acteurs d’agir ensemble[1]. Ce caractère performatif s’exerce notamment à l’aide d’indicateurs et par l’attribution de rôles aux différents acteurs qui y participent, donnant une place essentielle à l’expertise et à la recherche. Les indicateurs sont en effet des instruments de mesure et des médiateurs facilitant les apprentissages organisationnels, la co-construction et l’innovation institutionnelle[2]. L’expertise et la recherche tiennent quant-à-elles, un rôle essentiel dans la performativité du développement durable, au moins pour deux raisons. D’une part, elles interviennent en amont dans l’actualisation des formes de cette notion problématique et des dispositifs qui l’effectuent. D’autre part, elles s’inscrivent dans une démarche d’aide à la décision qui vise à favoriser l’intégration de ce nouveau référentiel de l’action publique par la population[3].
Cependant, la mise en œuvre du développement durable à l’aide de dispositifs sociotechniques centrés sur une “participation raisonnable”[4] de l’habitant-usager relève aussi d’une “coercition mutuelle”[5] qui atteint aujourd’hui ses limites, dont la plus connue est le fameux “effet rebond”. L’amélioration continue des performances techniques des bâtiments voit en effet les ménages augmenter leur consommation corrélativement aux économies réalisées. Cette situation est aujourd’hui dénoncée comme étant le produit d’un effet pervers comportemental, contradictoire avec le modèle de sobriété prôné par le développement durable.
Face à ces blocages, la psychologie sociale, l’économie comportementale, les sciences de la communication, les neurosciences ou la science politique sont sollicités pour répondre à cet “impératif écologique [qui] exige d’une part, des innovations technologiques et, d’autre part, des changements de comportement individuel et collectif (…) hypothétiques”[6].
La notion d’acceptabilité sociale, directement issue de la gestion des risques et du calcul rationnel a progressivement été reprise par les institutions alors qu’elle soulève de nombreuses questions :

  • La notion d’acceptabilité peut-elle répondre aux obstacles rencontrés par le développement durable, sans questionner son caractère hégémonique et impératif ?
  • Dans quelle mesure, un “paternalisme libertaire”[7] confortant la rationalité latente des individus pour orienter leur choix en direction de cet “impératif”, ne renforce-t-il pas les contradictions de cet oxymore qu’est le développement durable ?
  • Comment la recherche urbaine peut-elle s’extraire d’une approche normative de l’acceptabilité en termes de standards et de bonnes pratiques, alors même que les formes concrètes du développement durable sont constamment co-construites avec des acteurs publics et privés en demande de modèles transférables ?
  • Dans quelle mesure, interroger la notion d’acceptabilité et ses usages, peut-il nous permettre d’une part, de donner sens aux difficultés concrètes que rencontre le développement durable et d’autre part, de mieux comprendre la nature des relations entre la recherche et le champ du développement durable ?
  • Enfin, ce travail sur le rôle de l’acceptabilité peut-il nous permettre de trouver des points d’appui pour construire la critique vis-à-vis du développement durable ?

Cet atelier commun au réseau AC/DD et au GIS ReHaL souhaite apporter une contribution à ce débat, à travers trois ou quatre séances par an. Idéalement, chaque journée d’atelier repose sur une trame “définitions / étude de cas / controverse” qui peut être répartie librement suivant les ateliers (par intervenant, par séquences distinctes au cours de la journée, etc.) :

  • Définitions : Les notions d’acceptabilité, d’intégration, d’acceptation, d’appropriation, etc. ne sont pas portées par les mêmes acteurs ou milieux professionnels ou disciplinaires et prennent donc un sens différent selon les contextes.
  • Etudes de cas : les expériences de terrain évoquées sont destinées à mettre à l’épreuve les débats précédents sur les définitions et leurs usages.
  • Controverse : une question problématique est élaborée en amont et réajustée en fonction des enseignements des séquences précédentes.

[1] Villalba B. (2009), Appropriations du développement durable. Emergences, diffusions, traductions ; Lille, Septentrion, p. 365
[2] Rey-Valette Hélène et al. (2010), « Quelques postulats relatifs aux indicateurs de développement durable : l’exemple de l’aquaculture », Natures Sciences Sociétés, 2010/3 Vol. 18, p. 253-265.
[3] Colloque « Incitations comportementales et environnement », Centre d’analyse stratégique, 9 mars 2011. Etude de Sébastien Terra et Aurore Fleuret (2009), L’acceptabilité sociale des éoliennes : des riverains prêts à payer pour conserver leurs éoliennes – Enquête sur quatre sites éoliens français ; MEEDDAT / CGDD / SEEIDD.
[4] Barbier Rémi (2002), « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux, 2002, n°48-49, p.35-46, p. 37
[5] Douglas Mary (1992), De la souillure. Études sur la notion de pollution et de tabou, Paris, La Découverte. Cité par Rémi Barbier.
[6] Centre d’analyse stratégique (2011), “Nudges verts” : de nouvelles incitations pour des comportements écologiques ; Note de presse.
[7] Thaler Richard H., Sunstein Cass R. (2003), « Libertarian paternalism is not an oxymoron », The University of Chicago Law Review, vol. 70(4).

.

Programme 2016

Le développement durable à l’épreuve de la société du risque

13ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”
Mercredi 22 juin

Coordinateur de la séance : Jacques Lolive
  (l’assemblée générale du réseau ACDD a eu lieu à cette occasion)

Le développement spectaculaire des risques environnementaux dans les sociétés contemporaines a été analysé par Ulrich Beck qui a proposé la notion de société du risque. Selon lui, « la production  sociale  de  richesses  est  systématiquement  corrélée  à  la  production  sociale  de risques ».  Si  le  risque (et  sa  réalisation catastrophique) fait  désormais partie intégrante des sociétés actuelles, comment le développement durable peut-il prendre en compte cet élément encombrant ?  Quelles  trajectoires  de  durabilité  peut-on  mettre  en  œuvre  pour  améliorer  la situation  de  ces  sociétés  insoutenables,  et  notamment  les  situations  post-catastrophiques ? Comment habiter dans les zones à risques qui se développent dans des métropoles où coexistent zones industrielles, zones contaminées, favelas, zones inondables, crise de l’eau et mort des hydrosystèmes ?

Face à ces enjeux nous proposons de privilégier :

  • une réflexion sur la méthode qui soit à la fois une posture de recherche et une méthode de transformation sociale
  • une réflexion sur les premières actions pour amorcer une trajectoire de durabilité dans ces métropoles insoutenables.

Comment combiner information, changements de comportements et mobilisation des populations exposées. ? Comment impliquer les  habitants exposés  dans  la  gestion  des  zones  à  risque ? Comment commencer à faire changer les choses dans les métropoles insoutenables ?
Ces questions seront abordées à partir de certaines controverses :

  • Société du risque versus développement durable
  • Acceptabilité sociale du risque et adaptation versus développement durable.
  • Urgence d’agir pour améliorer la situation des populations exposées versus processus long de transformations profondes et graduelles.
  • Communication du risque versus Participation du public. Protection de l’environnement versus droit social

Plusieurs terrains viendront à l’appui des débats :

  • Habiter dans les zones contaminées de São Paulo (J .Lolive, C. Okamura analyseront la situation du Condominium Barão de Mauá)
  • Les occupations irrégulières  de  zones  protégées  (J.  Lolive,  C.  Okamura  analyseront  les occupations illégales dans la zone de protection du barrage-réservoir de Guarapiranga)
  • Les zones à risques de l’étang de Berre, des estuaires de la Gironde (Blayet) et de la Severn (Hinkley Point) (F. Chateauraynaud y analysera la « rébellion des milieux »)
  • L’expérience de l’éco-quartier de l’Union à Roubaix (B. Villalba présentera cette expérience pour justifier la nécessité de promouvoir une durabilité forte)

Ces approches  seront complétées par un éclairage philosophique sur la participation, avec Joëlle Zask, spécialiste de la philosophie pragmatiste et notamment de celle de John Dewey. Elle proposera des pistes de réflexion inspirées du pragmatisme pour nous aider à réfléchir sur le développement d’une « participation contributive » qui incluera le  public des populations des favelas. Elle s’appuiera notamment sur  son  dernier livre qui analyse comment l’agriculture paysanne cultive les valeurs démocratiques

Détails de la séance et enregistrements

.

Mettre à l’épreuve l’acceptabilité sociale

12ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Séance spéciale à l’occasion du Forum des 25 ans du réseau Recherche Habitat Logement (ReHaL)

Mercredi 8 juin 2016

Coordinateur de la séance : Jérôme Boissonade [1]

La notion d’acceptabilité sociale a émergé au début des années 2000, soit moins d’une décennie après celle de développement durable. Elles ont connu un succès similaire, une genèse assez proche, une fragilité de leurs fondements théoriques analogue et sont la plupart du temps portées par les mêmes acteurs.
Cette journée souhaite interroger les relations croisées entre ces deux histoires et les évolutions récentes de ces deux catégories de la pratique pour comprendre comment nous sommes passés d’une durabilité consacrée aux besoins essentiels des populations, auxquels les nations unies s’étaient engagées à répondre en 1992, à la volonté actuelle des mêmes acteurs d’aller jusqu’aux limites de ce que les consommateurs, les habitants ou les citoyens, peuvent accepter.
Cette appréhension de l’inacceptable, prise en charge initialement par la psychologie sociale afin de prédire et de changer le comportement des utilisateurs face aux systèmes technologiques[2], a aujourd’hui clairement changé d’échelle. Qu’il s’agisse des conséquences du traitement des informations collectées par la géolocalisation, au rôle éventuel du principe d’équité sur le traitement de la question des effets de serre, en passant par les questions d’accompagnement des publics et de reconnaissance des méthodes de conduite des projet urbains, « l’inacceptabilité » représente une menace qui hante l’action publique, notamment lorsqu’elle s’aventure sur des terrains environnementaux, ou plus largement, quand elle traite de questions susceptibles de relever du développement durable.
Quel rôle a joué la notion de développement durable dans la diffusion de « l’acceptabilité sociale » ? Lors de ces traductions croisées, comment se sont-ils transformés pour irriguer les débats contemporains ?
Si l’on reprend une des définitions récentes de l’acceptabilité sociale, celle-ci est comprise comme « un processus d’évaluation politique d’un projet sociotechnique mettant en interaction une pluralité d’acteurs impliqués à diverses échelles et à partir duquel se construisent progressivement des arrangements et des règles institutionnels reconnus légitimes car cohérents avec la vision du territoire et le modèle de développement privilégiés par les acteurs concernés »[3].
Limitée à la médiation et la résolution de conflits, cette notion relative et floue présuppose pourtant que ce sur quoi elle s’applique est nécessaire, légitime, et est ou sera réalisé[4]. Face aux « verrous comportementaux », la psychologie sociale, l’économie comportementale, les sciences de la communication, les neurosciences ou la science politique sont sollicités pour répondre à « l’impératif écologique » qui nécessite de prendre des décisions publiques dans des « univers controversés »[5]. Cette injonction à la durabilité qui laisse peu de place aux alternatives, légitime les entreprises d’acceptabilité sociale. Pourtant, la « coercition mutuelle »[6] peine à produire une « participation raisonnable »[7]. On assiste aujourd’hui à un retour du réel qui réinterroge le couplage de ces deux notions, qu’il s’agisse de l’effet rebond, des accusations de greenwashing ou des « effets pervers » de solutions « acceptées » par les consommateurs / usagers / habitants / citoyens et se révélant pourtant d’une durabilité bien restreinte.
Les recherches sur la durabilité peuvent-elles travailler la question de “l’acceptabilité sociale” sans pour autant se traduire par une injonction qui gouvernementalise les conduites ? Comment la recherche urbaine peut-elle s’extraire d’une approche normative de l’acceptabilité en termes de standards et de bonnes pratiques, alors même que les formes concrètes du développement durable sont constamment co-construites avec des acteurs publics et privés en demande de modèles transférables ? Dans quelle mesure la question l’instrumentation de ces recherches ne se pose-t-elle pas plus fortement que dans d’autres domaines ? S’agit-il d’investir de manière critique la notion d’acceptabilité et/ou élaborer des notions alternatives ?
L’objectif de cette séance, qui intervient à la suite du dossier éponyme de la revue [VertigO] est de faire le point sur les interactions entre développement durable et acceptabilité sociale et leurs effets sur les acteurs et les situations, avant la séance qui clôturera définitivement l’atelier « Développement durable et acceptabilité sociale », prévue le mercredi 22 juin (séance coordonnée par Jacques Lolive : « Le développement durable à l’épreuve de la société du risque. Stratégies d’acceptation par la durabilité pour métropoles insoutenables ? »).

Détails de la séance et enregistrements

.

Affiche Urgence environnementale et acceptabilité sociale (ACDD)

11ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Lundi 19 avril 2016

Coordinateur de la séance : Bruno Villalba [1]

La recherche scientifique est de plus en plus sollicitée pour permettre d’élaborer des décisions publiques acceptées par les usagers, notamment dans des choix techniques [2]. La psychologie sociale, l’économie comportementale, les sciences de la communication, les neurosciences ou la science politique sont sollicités pour répondre à cet « impératif écologique [qui] exige d’une part, des innovations technologiques et, d’autre part, des changements de comportement individuel et collectif (…) hypothétiques » [3]. Il s’agit dès lors de contribuer aux leviers du changement, qui feront disparaître les blocages et les réticences des acteurs.
Cela interroge les conditions de production d’un savoir scientifique réflexif. Mais au-delà de cette question épistémologique, l’acceptabilité sociale suppose l’adoption de procédures qui permettent l’appropriation par les acteurs sociaux de procédures, de normes ou des manières de faire, conformes aux options choisies par les préconisateurs.
La notion d’acceptabilité sociale, directement issue de la gestion des risques et du calcul rationnel a progressivement été reprise par les institutions alors qu’elle soulève de nombreuses questions
• La notion d’acceptabilité peut-elle répondre aux obstacles rencontrés par le développement durable, sans questionner son caractère hégémonique et impératif ?
• Dans quelle mesure, un “paternalisme libertaire” [4] confortant la rationalité latente des individus pour orienter leur choix en direction de cet “impératif”, ne renforce-t-il pas les contradictions de cet oxymore qu’est le développement durable ?
• Comment la recherche urbaine peut-elle s’extraire d’une approche normative de l’acceptabilité en termes de standards et de bonnes pratiques, alors même que les formes concrètes du développement durable sont constamment co-construites avec des acteurs publics et privés en demande de modèles transférables ?
• Dans quelle mesure, interroger la notion d’acceptabilité et ses usages, peut-il nous permettre d’une part, de donner sens aux difficultés concrètes que rencontre le développement durable et d’autre part, de mieux comprendre la nature des relations entre la recherche et le champ du développement durable ?
• Enfin, ce travail sur le rôle de l’acceptabilité peut-il nous permettre de trouver des points d’appui pour construire la critique vis-à-vis du développement durable ?
L’acceptabilité peut être perçue comme un « alibi sémantique pour assurer ou justifier la reconduction des pratiques usuelles » [5]. Il ne s’agirait alors qu’une d’une autre manière de réaffirmer la capacité des élites politiques et techniques dans la construction des décisions.
L’urgence environnementale – le singulier est simplement une commodité générique, car elle regroupe l’ensemble des urgences environnementales, qu’elles soient « naturelles », comme le changement climatique, ou socio-techniques, comme la question nucléaire – interroge cependant la question de l’acceptabilité sociale. Cela ne concerne pas simplement les dispositifs d’imposition en jeu (logique représentative/participative, sciences expertes/citoyennes), mais plus profondément la question des temporalités. Comment l’urgence interroge la capacité du « social » à s’adapter aux conséquences de cette urgence ? Les temps de l’effondrement (catastrophe lente et irruption soudaine de l’événement…) dessinent une autre grammaire de l’urgence et de la capacité des dispositifs classiques de la décision politique à « faire accepter » la gestion de l’urgence.
L’atelier a vocation à permettre une confrontation interdisciplinaire (philosophie, science politique) sur les conditions d’énonciation de cette urgence et les formes de son institutionnalisation (à partir de l’acceptabilité, qui suppose une transformation des pratiques et des représentations).

Détails de la séance et enregistrements

.

Affiche DD norme sociale ou projet politique (ACDD) fusionne

Le développement durable, norme sociale ou projet politique ?

10ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Lundi 14 mars 2016

Coordinateur de la séance : Jacques Levy

Dans un monde où les questions liées à l’environnement naturel sont devenues un enjeu politique de première importance, on constate l’existence de plusieurs conceptions antagoniques de la nature. Le « développement durable » est l’une d’elle, mais nullement la seule. La démarche de développement durable assume la notion de développement et elle pose comme compatibles (voire synonymes), et non en opposition, ses trois piliers socio-économique, naturel et politique. Il existe un autre versant, néonaturaliste de la conscience écologique, qui porte en lui, à partir de l’idée de culpabilisation de l’action humaine passée et de l’affirmation que la nature produit des valeurs intrinsèques qui délivrent des injonctions aux sociétés, un projet de réorganisation de la vie politique sur la base de l’urgence, du sacrifice nécessaire et de la privatisation de l’action publique dans les « gestes » individuels. L’acceptabilité sociale apparaît alors comme une attitude typiquement technocratique venant d’un autre univers culturel mais entrant bien en phase avec ce projet. Elle s’oppose donc méthodologiquement à l’idée d’un développement durable qui serait désiré par les habitants-citoyens.
La question fondamentale qui est posée est donc de savoir s’il est possible d’intégrer la démarche de protection des environnements naturels dans une conception du politique qui conserve les acquis de la république démocratique et qui promeuve le citoyen comme un acteur et non comme un agent de la production de biens publics.
Cette séance de l’atelier sera organisée en deux temps : le matin, une réflexion générale sur les modèles de la nature ; l’après-midi, un approfondissement sur nature et politique en prenant le cas du climat.

Détails de la séance et enregistrements

.

Programme 2014 / 2015

Affiche atelier ACDD Participation et durabilite injonctions en tension (fusionne)

Cycle « Acteurs et régimes de production de l’acceptabilité sociale »

9ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Mardi 26 mai 2015

Coordinateur de la séance : Rémi Barbier

La participation des « personnes concernées » est une norme de l’action publique environnementale. Plusieurs finalités lui sont généralement assignées : incorporer des valeurs et intérêts du public dans le processus de prise de décision ; améliorer la qualité intrinsèque des décisions ; renforcer la confiance dans les institutions ; éduquer le public ; réduire les conflits, le tout en justifiant le temps et l’argent consacrés à sa mise en œuvre. Mais les résultats de la gouvernance participative ou concertée de l’environnement sont-ils à la hauteur des espoirs placés dans ces nouvelles pratiques ? La littérature se fait l’écho à cet égard d’une lassitude et d’un certain désenchantement. D’autres auteurs évoquent avec une tonalité critique une « idéologie participationniste » au service d’un gouvernement de la critique sociale et environnementale. D’autres enfin identifient les multiples obstacles à l’effectivité démocratique (quel(s) public(s) participent réellement ? les acteurs d’environnement en sortent-ils renforcés ?) et fonctionnelle (cela contribue-t-il à améliorer l’état de l’environnement ?) de la gouvernance participative. L’environnement a-t-il alors vraiment besoin de la participation ?

Cette séance de l’atelier entend questionner les liens complexes entre (formes diverses de) participation et (pluralité des effets en matière de) soutenabilité.

Détails de la séance et enregistrements

.


Affiche atelier ACDD SHS et acceptabilite fusionne

8ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Responsable de la séance : Gaëtan Brisepierre

Depuis une dizaine d’année, les recherches en sociologie sur le développement durable, et notamment sur l’énergie, se sont multipliées sous l’effet de l’impératif politique de la « transition énergétique ». Elles s’effectuent moins souvent dans un cadre académique que dans celui de la recherche appliquée à partir de la demande des institutions publiques, des entreprises, voire des associations. Ces demandes sont très majoritairement formulées par les commanditaires en termes « d’acceptabilité sociale » des innovations technologiques et/ou de l’adoption de bonnes pratiques par les populations. L’objet de cette séance est de s’interroger pour savoir si ces recherches permettent aux acteurs sociaux de dépasser cette problématisation. Autrement dit, s’agit-il uniquement d’étudier les comportements dans le but de les faire changer selon des orientations déjà définies ou s’agit-il d’intégrer la description des pratiques comme un élément de décision au sein des organisations ou encore de légitimer le recours à des démarches de type « démocratie habitantes » ?
Cette séance s’inscrit dans le cycle “Recherche et acceptabilité du développement durable” de l’atelier. Un cycle qui s’intéresse au travail des chercheurs portant sur ou utilisant cette notion d’acceptabilité sociale dans le développement durable. Cette notion a en effet été élaborée dans un but prescriptif qui repose sur des considérations fortement normatives. Il s’agit pour les institutions notamment, de « faire accepter » le développement durable et lever les « verrous » de l’usage autant que technologiques. Alors que les mondes de la recherche et de l’expertise s’inscrivent dans des problématiques différentes, ces derniers incorporant de manière grandissante les commanditaires, les institutions publiques ou les acteurs économiques ; et plus largement, des acteurs pouvant avoir un intérêt à la prescription. Nous souhaitons donc interroger lors de ce cycle, le rôle des chercheurs dans l’usage de cette notion d’acceptabilité, distribuée et portée par d’autres acteurs.
Le succès de la notion d’acceptabilité sociale dans les débats sur le développement durable est en effet inséparable des difficultés et des rapports de forces que rencontrent les différents promoteurs de durabilité. Comment sont financés les projets ? Quelles missions d’expertise sont données et à qui ? Comment cette notion d’acceptabilité sociale entre en ligne de compte dans les dispositifs d’expertise ? Les acteurs sont guidés par des intérêts, des objectifs, et doivent respecter des cadres différents, parfois contradictoires. Partant, ces acteurs tentent de faire porter les contradictions auxquelles ils sont confrontés, par les autres intervenants, y compris les chercheurs. Cette sous-traitance des contradictions s’exprime à travers les modes de financement, la définition des missions d’expertise, l’élaboration de dispositifs de participation, etc.
Après une introduction de Gaëtan Brisepierre, la séance rassemblera les communications de sociologues ayant travaillé sur le développement durable et plus particulièrement les questions énergétiques, avec ou au sein de diverses organisations. Ces communications porteront moins sur les résultats de leurs travaux que sur leurs pratiques de recherche et les interactions qu’elles engendrent. D’abord sur les conditions d’exercice de la recherche appliquée, les négociations autour de la définition du sujet, de l’accès au terrain ou au financement, avec les autres disciplines. Ensuite sur la réception de ces recherches, l’usage des résultats par les organisations, leurs impacts sur la prise de décision ou encore les controverses qu’elles engendrent dans les milieux professionnels. Enfin sur les effets en matière de pratiques de la sociologie, les modalités de valorisations des résultats, voire sur l’identité du sociologue. A l’issue de chaque communication, la discussion sera lancée par Dominique Desjeux, pionniers en France de la recherche appliquée en sociologie, et une large place sera accordée aux échanges avec la salle.

Détails de la séance et enregistrements

 .


 Affiche atelier ACDD Art defi ecologie fusionne

7ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Responsables de la séance :  Thierry Paquot et Chris Younes

Si l’expression « art durable » n’a aucun sens, l’injonction à la durabilité comporte une dimension performative puissante, en témoigne les nombreux prix et bourses prônant le “développement durable” ou “soutenable” accordés à des artistes, comme le Green Leaf Award attribué en 2007 à Lucy + Jorge Orta “pour leur excellence artistique et leur message environnemental”.
La confrontation de l’artiste avec la préoccupation environnementale devient en effet impérative, essentielle et même existentielle. De plus en plus nombreuses sont les réalisations, installations, interventions, sur la large palette de l’art (chorégraphie, statuaire, peinture, vidéo, land art, art de la rue, art vivant, design,…) qui associent la pratique de l’artiste à l’écologie.
Mais comment affronter les contradictions entre dimensions formelles et fonctions sociales ? Comment la pratique artistique ouvre-t-elle une perspective critique, débarrassée de l’injonction à l’acceptabilité sociale de cet oxymore qu’est le “développement durable” ? Cette matinée souhaite apporter quelques éclairages sur “l’art au défi de l’écologie”.

Détails de la séance et enregistrements

.

 

Séances précédentes


Affiche atelier ACDD Production format paysage A4

6ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

détails de la séance et enregistrements

 .

Affiche atelier ACDD Conception paysage3bis

5ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Détails de la séance et enregistrements

 

.

Innovation et développement durable : entre injonctions et pratiques

4ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Détails de la séance et enregistrements


.

Recherche et “Acceptabilité sociale” de la durabilité

3ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Détails de la séance et enregistrements

 

Innovations et comportements

2ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Détails de la séance et enregistrements

.

Concepteurs de durabilité : des quartiers pour éco-habitants idéaux ?

1ère journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Détails de la séance et enregistrements

Le développement durable à l’épreuve de la société du risque

Affiche DD epreuve societe du risque (ACDD)fusionne

13ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”
Assemblée générale du réseau “Approches Critiques du Développement Durable” en fin de journée

Mercredi 22 juin 2016
10h-17h

Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets 75013 Paris
Métro Les gobelins (ligne 7)
Entrée libre (sans inscription)
Programme et plan d’accès PDF

Coordinateur de la séance : Jacques Lolive[1]

Le développement spectaculaire des risques environnementaux dans les sociétés contemporaines a été analysé par Ulrich Beck qui a proposé la notion de société du risque. Selon lui, « la production  sociale  de  richesses  est  systématiquement  corrélée  à  la  production  sociale  de risques ».  Si  le  risque (et  sa  réalisation catastrophique) fait  désormais partie intégrante des sociétés actuelles, comment le développement durable peut-il prendre en compte cet élément encombrant ?  Quelles  trajectoires  de  durabilité  peut-on  mettre  en  œuvre  pour  améliorer  la situation  de  ces  sociétés  insoutenables,  et  notamment  les  situations  post-catastrophiques ? Comment habiter dans les zones à risques qui se développent dans des métropoles où coexistent zones industrielles, zones contaminées, favelas, zones inondables, crise de l’eau et mort des hydrosystèmes ?

Face à ces enjeux nous proposons de privilégier :

  • une réflexion sur la méthode qui soit à la fois une posture de recherche et une méthode de transformation sociale
  • une réflexion sur les premières actions pour amorcer une trajectoire de durabilité dans ces métropoles insoutenables.

Comment combiner information, changements de comportements et mobilisation des populations exposées. ? Comment impliquer les  habitants exposés  dans  la  gestion  des  zones  à  risque ? Comment commencer à faire changer les choses dans les métropoles insoutenables ?
Ces questions seront abordées à partir de certaines controverses :

  • Société du risque versus développement durable
  • Acceptabilité sociale du risque et adaptation versus développement durable.
  • Urgence d’agir pour améliorer la situation des populations exposées versus processus long de transformations profondes et graduelles.
  • Communication du risque versus Participation du public. Protection de l’environnement versus droit social

Plusieurs terrains viendront à l’appui des débats :

  • Habiter dans les zones contaminées de São Paulo (J .Lolive, C. Okamura analyseront la situation du Condominium Barão de Mauá)
  • Les occupations irrégulières  de  zones  protégées  (J.  Lolive,  C.  Okamura  analyseront  les occupations illégales dans la zone de protection du barrage-réservoir de Guarapiranga)
  • Les zones à risques de l’étang de Berre, des estuaires de la Gironde (Blayet) et de la Severn (Hinkley Point) (F. Chateauraynaud y analysera la « rébellion des milieux »)
  • L’expérience de l’éco-quartier de l’Union à Roubaix (B. Villalba présentera cette expérience pour justifier la nécessité de promouvoir une durabilité forte)

Ces approches  seront complétées par un éclairage philosophique sur la participation, avec Joëlle Zask, spécialiste de la philosophie pragmatiste et notamment de celle de John Dewey. Elle proposera des pistes de réflexion inspirées du pragmatisme pour nous aider à réfléchir sur le développement d’une « participation contributive » qui incluera le  public des populations des favelas. Elle s’appuiera notamment sur  son  dernier livre qui analyse comment l’agriculture paysanne cultive les valeurs démocratiques

Les documents et les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous
Pour écouter ou voir le document : cliquer sur le lien
Pour télécharger le document : clic droit sur le lien et « Enregistrer la cible du lien sous… »

Introduction (J. Lolive) Texte introduction en PDF

Matinée (10h – 12h30)

         Questions de la salleRéponses des intervenants 

Après-midi (14h – 16h30)

          Échanges avec la salle

  Débat final des intervenants avec la salle (1ère partie) (2ème partie)

Discutant : Jacques Lolive

Après-midi (16h30- 17h)

  • Assemblée générale du réseau “Approches Critiques du Développement Durable” (ACDD)
    Cette réunion a été l’occasion de discuter du fonctionnement du réseau et de la proposition d’atelier élaborée lors de la journée du 8 juin pendant le forum des 25 ans du REHAL et qui prendra le relais de celui-ci l’année prochaine (voir la page Activités du réseau).

.

[1] Directeur de recherche en sciences politiques au CNRS (laboratoire PACTE).
[2] Sociologue et Chercheuse à l’Agence de l’Environnement de l’État de São  Paulo (CETESB) et à l’Université de São Paulo.
[3] Jacques Lolive,  politiste spécialiste des  questions environnementales et  Cintia Okamura, sociologue brésilienne spécialiste du milieu anthropique, présentent leur  recherche  « Expérimenter des  méthodes  pour  développer  une  culture  du  risque  à  São Paulo », dans une métropole au développement insoutenable où les risques font partie de la vie quotidienne.
[4] Directeur d’études en sociologie à l’EHESS et Directeur du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (GSPR).
[5] Francis Châteauraynaud, sociologue pragmatiste spécialiste des alertes et des risques, présente des situations comparables dans des zones à risque en France. Il développe ses analyses sur « la rébellion des milieux », des modes de contestation où les acteurs font valoir une manière d’habiter, d’investir, de coproduire un monde qu’ils refusent de voir inféodé à un espace de calcul centralisé.
[6] Professeur des Universités, Science Politique, AgroParisTech.
[7] Bruno Villalba, politiste spécialiste de la sociologie environnementale et de l’écologie  politique,  réfléchit  sur   les   conditions   d’une   durabilité  forte. Il analyse les contradictions entre durabilité et acceptabilité et le conflit entre les situations d’urgence et la nécessité de transformations profondes.
[8] Maître de conférences HDR en philosophie, à l’Université de Provence.
[9] Joëlle  Zask, spécialiste de philosophie politique et du pragmatisme (notamment de  John  Dewey),  analyse la  participation comme une  entreprise d’individuation qu’elle définit comme capacité  d’engagement et d’initiative. Elle s’appuiera sur son dernier livre « la démocratie aux champs » pour alimenter notre réflexion sur la participation des habitants des favelas.

Mettre à l’épreuve l’acceptabilité sociale

12ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”
Séance spéciale à l’occasion du Forum des 25 ans du réseau Recherche Habitat Logement (ReHaL)

Mercredi 8 juin 2016
10h-17h30

Antenne de l’Université de Cergy(Genevilliers)
ZAC des Barbanniers, Avenue Marcel-Paul 92230 Gennevilliers
RER C (arrêt Gennevilliers)
Programme PDF (avec plan d’accès transports en commun)

Coordinateur de la séance : Jérôme Boissonade [1]

La notion d’acceptabilité sociale a émergé au début des années 2000, soit moins d’une décennie après celle de développement durable. Elles ont connu un succès similaire, une genèse assez proche, une fragilité de leurs fondements théoriques analogue et sont la plupart du temps portées par les mêmes acteurs.
Cette journée souhaite interroger les relations croisées entre ces deux histoires et les évolutions récentes de ces deux catégories de la pratique pour comprendre comment nous sommes passés d’une durabilité consacrée aux besoins essentiels des populations, auxquels les nations unies s’étaient engagées à répondre en 1992, à la volonté actuelle des mêmes acteurs d’aller jusqu’aux limites de ce que les consommateurs, les habitants ou les citoyens, peuvent accepter.
Cette appréhension de l’inacceptable, prise en charge initialement par la psychologie sociale afin de prédire et de changer le comportement des utilisateurs face aux systèmes technologiques[2], a aujourd’hui clairement changé d’échelle. Qu’il s’agisse des conséquences du traitement des informations collectées par la géolocalisation, au rôle éventuel du principe d’équité sur le traitement de la question des effets de serre, en passant par les questions d’accompagnement des publics et de reconnaissance des méthodes de conduite des projet urbains, « l’inacceptabilité » représente une menace qui hante l’action publique, notamment lorsqu’elle s’aventure sur des terrains environnementaux, ou plus largement, quand elle traite de questions susceptibles de relever du développement durable.
Quel rôle a joué la notion de développement durable dans la diffusion de « l’acceptabilité sociale » ? Lors de ces traductions croisées, comment se sont-ils transformés pour irriguer les débats contemporains ?
Si l’on reprend une des définitions récentes de l’acceptabilité sociale, celle-ci est comprise comme « un processus d’évaluation politique d’un projet sociotechnique mettant en interaction une pluralité d’acteurs impliqués à diverses échelles et à partir duquel se construisent progressivement des arrangements et des règles institutionnels reconnus légitimes car cohérents avec la vision du territoire et le modèle de développement privilégiés par les acteurs concernés »[3].
Limitée à la médiation et la résolution de conflits, cette notion relative et floue présuppose pourtant que ce sur quoi elle s’applique est nécessaire, légitime, et est ou sera réalisé[4]. Face aux « verrous comportementaux », la psychologie sociale, l’économie comportementale, les sciences de la communication, les neurosciences ou la science politique sont sollicités pour répondre à « l’impératif écologique » qui nécessite de prendre des décisions publiques dans des « univers controversés »[5]. Cette injonction à la durabilité qui laisse peu de place aux alternatives, légitime les entreprises d’acceptabilité sociale. Pourtant, la « coercition mutuelle »[6] peine à produire une « participation raisonnable »[7]. On assiste aujourd’hui à un retour du réel qui réinterroge le couplage de ces deux notions, qu’il s’agisse de l’effet rebond, des accusations de greenwashing ou des « effets pervers » de solutions « acceptées » par les consommateurs / usagers / habitants / citoyens et se révélant pourtant d’une durabilité bien restreinte.
Les recherches sur la durabilité peuvent-elles travailler la question de “l’acceptabilité sociale” sans pour autant se traduire par une injonction qui gouvernementalise les conduites ? Comment la recherche urbaine peut-elle s’extraire d’une approche normative de l’acceptabilité en termes de standards et de bonnes pratiques, alors même que les formes concrètes du développement durable sont constamment co-construites avec des acteurs publics et privés en demande de modèles transférables ? Dans quelle mesure la question l’instrumentation de ces recherches ne se pose-t-elle pas plus fortement que dans d’autres domaines ? S’agit-il d’investir de manière critique la notion d’acceptabilité et/ou élaborer des notions alternatives ?
L’objectif de cette séance, qui intervient à la suite du dossier éponyme de la revue [VertigO] est de faire le point sur les interactions entre développement durable et acceptabilité sociale et leurs effets sur les acteurs et les situations, avant la séance qui clôturera définitivement l’atelier « Développement durable et acceptabilité sociale », prévue le mercredi 22 juin (séance coordonnée par Jacques Lolive : « Le développement durable à l’épreuve de la société du risque. Stratégies d’acceptation par la durabilité pour métropoles insoutenables ? »).

Les documents et les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous
Pour écouter ou voir le document : cliquer sur le lien
Pour télécharger le document : clic droit sur le lien et « Enregistrer la cible du lien sous… »

Matinée (10h – 13h) (dans le cadre du Forum des 25 ans du ReHaL)
Réflexion générale sur les résultats de l’atelier et ses perspectives (présentation en session plénière du forum ReHaL, par leurs animateurs (trices) des travaux menés dans le cadre des différents ateliers).

Après-midi (15h – 17h) (en partenariat avec la revue Vertigo)
Acceptabilité environnementale et acceptabilité urbaine : approches croisées

Discutant : Jérôme Boissonade

.

[1] Architecte, Maître de conférences en sociologie à l’Université du Littoral (ULCO) et chercheur de l’UMR LAVUE (équipe AUS).
[2] Jones, R., J. Pykett et M. Whitehead, 2013, Changing Behaviours. On the Rise of the Psychological State, Edward Elgar. Whitehead M. J., 2014, “The experimental citizen. The Psychological State and the Experimental Subject”, Changing Behaviours, 12/06/2014, http://changingbehaviours.wordpress.com/2014/06/12/the-experimental-citizen/
[3] Fortin Marie-José et Fournis Yann, « Vers une définition ascendante de l’acceptabilité sociale : les dynamiques territoriales face aux projets énergétiques au Québec », Natures Sciences Sociétés, 2014/3 Vol. 22, p.234, p. 231-239.
[4] Raufflet, E. 2014, « De l’acceptabilité sociale au développement local résilient », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne], Volume 14 Numéro 2 | septembre 2014, mis en ligne le 12 septembre 2014, consulté le 02 décembre 2014. URL : http://vertigo.revues.org/15139 ; DOI : 10.4000/vertigo.15139
[5] Un primat de la construction scientifique et sociale des problèmes sur leur perception directe par les individus ; le poids des incertitudes et des controverses scientifiques et sociales sur des aspects du réel qui sont pourtant essentiels pour nous permettre d’agir ; l’importance prise par la question de la représentation distincte des intérêts de tiers qui sont absents de la scène décisionnelle « ici et maintenant » (générations futures, faune, flore,…) ; une présomption d’irréversibilité qui concerne des phénomènes jugés majeurs, ce qui nous empêche d’attendre une stabilisation des savoirs pour agir.
[6] Douglas Mary (1992), De la souillure. Études sur la notion de pollution et de tabou, Paris, La Découverte
7 Barbier Rémi (2002), « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Flux, 2002, n°48-49, p.35-46, p. 37.
[8] Professeur des Universités à l’Institut Français d’Urbanisme, Université de Paris Est Marne La Vallée, Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS), Champs-sur-Marne
[9] Maître de Conférences en Sociologie, Laboratoire Population Environnement Développement, LPED – Aix-Marseille Université – UMR 151, Centre Saint-Charles – CASE 10
[10] Doctorant en Sciences politiques, Université Lumière Lyon 2

affiche REHAL

 

Urgence environnementale et acceptabilité sociale

11ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Mardi 19 avril 2016
10h-16h30

Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis
Amphithéâtre 140
Métro ligne 12 arrêt Front Populaire

Programme PDF et plan d’accès

Coordinateur de la séance : Bruno Villalba [1]

La recherche scientifique est de plus en plus sollicitée pour permettre d’élaborer des décisions publiques acceptées par les usagers, notamment dans des choix techniques [2]. La psychologie sociale, l’économie comportementale, les sciences de la communication, les neurosciences ou la science politique sont sollicités pour répondre à cet « impératif écologique [qui] exige d’une part, des innovations technologiques et, d’autre part, des changements de comportement individuel et collectif (…) hypothétiques » [3]. Il s’agit dès lors de contribuer aux leviers du changement, qui feront disparaître les blocages et les réticences des acteurs.
Cela interroge les conditions de production d’un savoir scientifique réflexif. Mais au-delà de cette question épistémologique, l’acceptabilité sociale suppose l’adoption de procédures qui permettent l’appropriation par les acteurs sociaux de procédures, de normes ou des manières de faire, conformes aux options choisies par les préconisateurs.
La notion d’acceptabilité sociale, directement issue de la gestion des risques et du calcul rationnel a progressivement été reprise par les institutions alors qu’elle soulève de nombreuses questions
• La notion d’acceptabilité peut-elle répondre aux obstacles rencontrés par le développement durable, sans questionner son caractère hégémonique et impératif ?
• Dans quelle mesure, un “paternalisme libertaire” [4] confortant la rationalité latente des individus pour orienter leur choix en direction de cet “impératif”, ne renforce-t-il pas les contradictions de cet oxymore qu’est le développement durable ?
• Comment la recherche urbaine peut-elle s’extraire d’une approche normative de l’acceptabilité en termes de standards et de bonnes pratiques, alors même que les formes concrètes du développement durable sont constamment co-construites avec des acteurs publics et privés en demande de modèles transférables ?
• Dans quelle mesure, interroger la notion d’acceptabilité et ses usages, peut-il nous permettre d’une part, de donner sens aux difficultés concrètes que rencontre le développement durable et d’autre part, de mieux comprendre la nature des relations entre la recherche et le champ du développement durable ?
• Enfin, ce travail sur le rôle de l’acceptabilité peut-il nous permettre de trouver des points d’appui pour construire la critique vis-à-vis du développement durable ?
L’acceptabilité peut être perçue comme un « alibi sémantique pour assurer ou justifier la reconduction des pratiques usuelles » [5]. Il ne s’agirait alors qu’une d’une autre manière de réaffirmer la capacité des élites politiques et techniques dans la construction des décisions.
L’urgence environnementale – le singulier est simplement une commodité générique, car elle regroupe l’ensemble des urgences environnementales, qu’elles soient « naturelles », comme le changement climatique, ou socio-techniques, comme la question nucléaire – interroge cependant la question de l’acceptabilité sociale. Cela ne concerne pas simplement les dispositifs d’imposition en jeu (logique représentative/participative, sciences expertes/citoyennes), mais plus profondément la question des temporalités. Comment l’urgence interroge la capacité du « social » à s’adapter aux conséquences de cette urgence ? Les temps de l’effondrement (catastrophe lente et irruption soudaine de l’événement…) dessinent une autre grammaire de l’urgence et de la capacité des dispositifs classiques de la décision politique à « faire accepter » la gestion de l’urgence.
L’atelier a vocation à permettre une confrontation interdisciplinaire (philosophie, science politique) sur les conditions d’énonciation de cette urgence et les formes de son institutionnalisation (à partir de l’acceptabilité, qui suppose une transformation des pratiques et des représentations).

Les documents et les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous
Pour écouter ou voir le document : cliquer sur le lien
Pour télécharger le document : clic droit sur le lien et « Enregistrer la cible du lien sous… »

Matinée (10h – 12h30)
Introduction de Bruno Villalba (matin)
Réflexion générale sur les modèles de la nature

Hicham-Stéphane Afeissa [7] : « Appréhender la fin ? » (première partie) (deuxième partie) (liste des ouvrages cités en PDF)   Débat avec la salle
Edouard Jolly [6] : « L’ultime menace, c’est l’ordre du possible » (première partie) (deuxième partie) (support PDF de la communication d’E. Jolly)   Débat avec la salle

Après-midi (14h – 16h30)
Introduction de Bruno Villalba (après-midi)
Approfondissement sur nature et politique en prenant le cas du climat

Alain Kaufmann [9] : « Démocratie technique, participation, sites de problématisation: entre acceptabilité sociale et genèse d’une démocratie écologique »   Débat avec la salle
Raphaël Stevens [8] : « Scénarios de l’acceptation ? »   Débat avec la salle
Discussion générale avec la salle sur les quatre interventions

Discutants : Bruno Villalba [10]

[1] Professeur des Universités, Science Politique, AgroParisTech.
[2] Hickson, A., Phillips A. and Morales G., 2007, « Public perception related to a hydrogen hybrid internal combustion engine transit bus demonstration and hydrogen fuel », Energy Policy 35 (2007), p.2249-2255.
[3] Centre d’analyse stratégique (2011), “Nudges verts” : de nouvelles incitations pour des comportements écologiques ; Note de presse.
[4] Thaler Richard H., Sunstein Cass R. (2003), « Libertarian paternalism is not an oxymoron », The University of Chicago Law Review, vol. 70(4).
[5] Marie-José Fortin, Yann Fournis, « Vers une définition ascendante de l’acceptabilité sociale : les dynamiques territoriales face aux projets énergétiques au Québec », Natures Sciences Sociétés 2014/3 (Vol. 22), pp. 231-239, p.232.
[6] Post-doc researcher on ERC Project: GRAPH (The Great War and Modern Philosophy) at the Husserl Archives, Institute of Philosophy, KU Leuven.
[7] Professeur agrégé, docteur en philosophie et en géosciences & environnement, membre associé du laboratoire « Logiques de l’agir » (EA 2274) de l’Université de Franche-Comté.
[8] Chercheur indépendant, spécialisé en résilience des systèmes socio-écologiques, formateur et auteur de Comment tout peut s’effondrer. Paris, Seuil, 2015 (avec Pablo Servigne) et Petit traité de résilience locale, éd. Charles Léopold Mayer, 2015).
[9] Sociologue et biologiste, directeur de l’Interface Sciences-Société de l’Université de Lausanne (UNIL).
[10] Professeur des Universités, Science Politique, AgroParisTech.

 

Le développement durable, norme sociale ou projet politique ?

Affiche DD norme sociale ou projet politique (ACDD)

10ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Lundi 14 mars 2016
10h15-16h45

118 / 130 avenue Jean Jaurès 75019 Paris
Métro ligne 5 (arrêts Ourcq ou Laumière)
1er étage (en haut des escalators à gauche)

Programme PDF

 

Coordinateur de la séance : Jacques LEVY [1]

Dans un monde où les questions liées à l’environnement naturel sont devenues un enjeu politique de première importance, on constate l’existence de plusieurs conceptions antagoniques de la nature. Le « développement durable » est l’une d’elle, mais nullement la seule. La démarche de développement durable assume la notion de développement et elle pose comme compatibles (voire synonymes), et non en opposition, ses trois piliers socio-économique, naturel et politique. Il existe un autre versant, néonaturaliste de la conscience écologique, qui porte en lui, à partir de l’idée de culpabilisation de l’action humaine passée et de l’affirmation que la nature produit des valeurs intrinsèques qui délivrent des injonctions aux sociétés, un projet de réorganisation de la vie politique sur la base de l’urgence, du sacrifice nécessaire et de la privatisation de l’action publique dans les « gestes » individuels. L’acceptabilité sociale apparaît alors comme une attitude typiquement technocratique venant d’un autre univers culturel mais entrant bien en phase avec ce projet. Elle s’oppose donc méthodologiquement à l’idée d’un développement durable qui serait désiré par les habitants-citoyens.
La question fondamentale qui est posée est donc de savoir s’il est possible d’intégrer la démarche de protection des environnements naturels dans une conception du politique qui conserve les acquis de la république démocratique et qui promeuve le citoyen comme un acteur et non comme un agent de la production de biens publics.
Cette séance de l’atelier sera organisée en deux temps : le matin, une réflexion générale sur les modèles de la nature ; l’après-midi, un approfondissement sur nature et politique en prenant le cas du climat.

Les présentations Powerpoint et les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous
Pour écouter ou voir le document : cliquer sur le lien
Pour télécharger le document : clic droit sur le lien et « Enregistrer la cible du lien sous… »

Matinée (10h15 – 12h45)
Réflexion générale sur les modèles de la nature

Après-midi (14h15 – 16h45)
Approfondissement sur nature et politique en prenant le cas du climat

Discutants : Jacques Lévy et Jérôme Boissonade [5]

[1] Professeur de géographie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse), spécialiste de géographie politique.
[2] Maître d’enseignement et de recherche en Politiques territoriales à l’Université de Lausanne
[3] Post-doctorant au Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS) et Centre Marc Bloch (Berlin)
[4] Professeur de géographie (climatologie) à La Sorbonne Paris I et Paris IV
[5] Maître de conférences en sociologie à l’Université du Littoral (ULCO) et chercheur au laboratoire AUS-LAVUE

Participation et durabilité. Deux injonctions en tension ?

Affiche atelier ACDD Participation et durabilite injonctions en tension (fusionne)

Cycle « Acteurs et régimes de production de l’acceptabilité sociale »

Neuvième journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Mardi 26 mai 2015

Coordonateur de la séance : Rémi Barbier[1]

La participation des « personnes concernées » est une norme de l’action publique environnementale. Plusieurs finalités lui sont généralement assignées : incorporer des valeurs et intérêts du public dans le processus de prise de décision ; améliorer la qualité intrinsèque des décisions ; renforcer la confiance dans les institutions ; éduquer le public ; réduire les conflits, le tout en justifiant le temps et l’argent consacrés à sa mise en œuvre [2]. Mais les résultats de la gouvernance participative ou concertée de l’environnement sont-ils à la hauteur des espoirs placés dans ces nouvelles pratiques ? La littérature se fait l’écho à cet égard d’une lassitude et d’un certain désenchantement. D’autres auteurs évoquent avec une tonalité critique une « idéologie participationniste » au service d’un gouvernement de la critique sociale et environnementale. D’autres enfin identifient les multiples obstacles à l’effectivité démocratique (quel(s) public(s) participent réellement ? les acteurs d’environnement en sortent-ils renforcés ?) et fonctionnelle (cela contribue-t-il à améliorer l’état de l’environnement ?) de la gouvernance participative. L’environnement a-t-il alors vraiment besoin de la participation ?

Cette séance de l’atelier entend questionner les liens complexes entre (formes diverses de) participation et (pluralité des effets en matière de) soutenabilité.

Discutante : Cécile Blatrix [3]

.

Les présentations Powerpoint et les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous :

.

Introduction de Rémi Barbier

.

Matinée (10h – 12h30) Des dispositifs participatifs à leurs effets en matière de durabilité :

Gilles Massardier[4] : « Des contradictions aux paradoxes: les relations ambigües entre durabilité et participation »

Première partieDeuxième partiePrésentation Powerpoint

A partir de cas français et latino-américains et d’une méthodologie délibérément externaliste de la lecture des arènes participatives, cette intervention raisonnera en deux parties. La première montrera les contradictions entre durabilité et participation où sélection des acteurs et système expert annihilent toute capacité des arènes participatives à construire une quelconque acceptabilité sociale des politiques publiques. La seconde partie évoquera des relations plus paradoxales. Si l’on regarde les dispositifs participatifs à partir des relations qu’ils entretiennent avec les logiques ‘classiques’ des politiques publiques (contrôle des normes, logique de la représentation, contrôle politique et administratif des territoires), apparait alors un paradoxe : la durabilité sociale ou environnementale entre par la fenêtre de ce classicisme mais est relayée par les instruments participatifs.

Intervention de Cécile BlatrixRéponse de Gilles Massardier

.

Charlotte Halpern[5] : « Participation et durabilité: une relation ambigüe, des effets limités »

Présentation Powerpoint [6]

L’environnement et le développement durable, au même titre que d’autres politiques transversales à l’action de l’Etat (urbain, égalité, social etc.) ont longtemps constitué un domaine privilégié pour l’introduction de dispositifs participatifs. Reposant sur une forme alternative de légitimité politique, ces dispositifs constituaient une solution politique privilégiée pour faire face l’évolution des formes de participation politique. Appréhender ces dispositifs par leurs effets, et non par leur nature ou leurs caractéristiques, constitue une opportunité de s’interroger sur la relation entre ces instruments de démocratie du publique et une amélioration de l’état de l’environnement (substance et acteurs). La communication s’appuiera sur des recherches passées et en cours sur les dispositifs participatifs introduits dans le domaine de l’environnement (infrastructures de transport et/ou déchets).

Intervention de Cécile Blatrix – Réponse de Charlotte Halpern

.

Après-midi (14h – 16h30) Des acteurs, notamment associatifs, à leur rapport à la double injonction (participation et durabilité) :

Sandrine Rui[7] : « Durabilité et pluralisme. Des effets des tensions entre société civile organisée et participation institutionnalisée »

Première partieDeuxième partie

Quand D. Bourg (2013) affirme que « sans le développement durable, la démocratie participative et délibérative n’aurait pas exercé la même influence », la formule rappelle que l’institutionnalisation de la participation est particulièrement significative en la matière et s’est imposée comme une condition de la durabilité. Toutefois, ciblant de façon singulière les citoyens concernés, l’offre publique de participation est prise, comme toute institution intermédiaire, « dans une tension entre demande d’expertise de l’Etat pour connaître et gouverner la société et auto-organisation du social » (Chatriot, Lemercier, 2002, p.697). Elle s’avère de fait concurrencer la société civile organisée par l’extension du domaine du pluralisme (des acteurs, des enjeux, des évaluations) qu’elle induit. En nous intéressant aux réticences des acteurs de la société civile à l’égard des dispositifs participatifs, l’enjeu de la communication est alors d’interroger les conséquences de cette mise en concurrence sur l’appropriation du principe de développement durable. Dans quelle mesure la durabilité fait-elle les frais du pluralisme ? En sort-elle à l’inverse confortée comme principe et horizon de l’action publique contemporaine ?

Intervention de Cécile BlatrixQuestion de la salleIntervention de Jérôme BoissonadeIntervention de Benoit GranierRéponse de Sandrine Rui

.

Etienne Ballan[8] Démocratie et environnement : une injonction paradoxale pour les environnementalistes ?

Première partieDeuxième partie

Le socle du rapport entre environnement et participation du public a été fondé lorsque l’écologie politique était encore faible, et la sensibilité aux enjeux environnementaux en train de se diffuser. Le principe 10 de la déclaration de Rio a ainsi fondé une alliance plus pragmatique qu’idéologique entre démocratie et environnement. On peut faire aujourd’hui le bilan de cette alliance.

D’un point de vue macro, la cause environnementale a eu besoin de la participation. Mais les logiques d’action des ONG au Grenelle et depuis montrent que ce point n’est peut-être pas essentiel dans leur combat. La démocratie a-t-elle eu besoin de l’environnement pour progresser ? Oui, sans aucun doute, et la conflictualité environnementale est encore un moteur du changement de la démocratie. On regardera à cet égard les étapes d’émergence et de mise en œuvre du principe de participation inscrit à l’article 7 de la Charte constitutionnelle de l’environnement.

Du point de vue des projets, l’alliance a produit également des effets plus forts qu’attendus. Un cercle « vertueux » est possible entre durabilité et participation dans certains cas, y compris sur des projets conflictuels. La « prime à la conflictualité » introduite par le développement des procédures de participation a fonctionné et permis l’abandon ou l’amendement très substantiel de nombreux projets.

Alors pourquoi une défiance renouvelée et la difficulté à légitimer durablement des procédures de participation en France ? On constate en effet un double mouvement des acteurs associatifs vis-à-vis des procédures de participation : leur instrumentation comme tribune pour des arguments par ailleurs inaudibles, et dans le même temps, la disqualification des instances au motif de leur incapacité à peser sur les décisions. L’hypothèse proposée ici est qu’il faut chercher les racines de cette défiance pas seulement dans les procédures, mais dans le rapport des ONG au grand public, structurellement faible en France. S’est instaurée une forme de concurrence entre le public, difficile à cerner mais source de légitimité, et les ONG, marquées par un certain complexe d’illégitimité.

Comment dépasser cette défiance qui marquerait le mouvement environnemental vis-à-vis de la participation ? Peut-on refonder une alliance contemporaine, mieux articulée aux questions démocratiques et pas seulement environnementales ? Pour cela, il convient d’identifier les déterminants internes et externes aux acteurs environnementalistes : la concurrence entre les logiques d’enrôlement des associations par l’Etat et la nouvelle conflictualité locale et nationale, la logique d’expertise demandée aux associations, le recours aux arguments de l’urgence et de la catastrophe imminente, etc. Le renouveau de la conflictualité environnementale semble repousser les acteurs vers la reproduction d’un sentiment de minorité éclairée, qui a marqué les débuts de l’écologie militante. Les débats sur les referendums nationaux et locaux sur les questions environnementales reposent crument ces questions.

Intervention de Cécile BlatrixRéponse d’Etienne BallanIntervention de la salleEchange entre Etienne Ballan et Cécile Blatrix

 

 

[1] Professeur à l’ENGEES Ecole Nationale du Génie de l’Eau et de l’Environnement de Strasbourg, UMR GESTE

[2] Beierle, T. C. 1999. Using social goals to evaluate public participation in environmental decisions. Policy Studies Review 16 (3/4): 75-103

[3] Professeur de Sciences politiques, AgroParisTech / CESSP. ESS et démocratie locale

[4] Maître de conférences de science politique, membre de l’UMR 5281 ART-Dev – Cirad, Montpellier

[5] Chargée de recherche FNSP – Centre d’études européennes – UMR8239

[6] Charlotte Halpern n’a pas souhaité mettre en ligne l’enregistrement, son intervention n’ayant encore jamais fait l’objet d’une publication.

[7] Maître de conférences – Université de Bordeaux – Chercheure au Centre Emile Durkheim – Chercheure associée au Centre d’Analyse et d’Intervention sociologique – CADIS-EHESS

[8] Maître de conférences – Ecole Nationale Supérieure du Paysage, Marseille – expert pour la convention d’Aarhus, aux Nation Unies, concernant la participation du public dans les négociations internationales

 

Recherche appliquée en SHS et acceptabilité du développement durable

Affiche atelier ACDD SHS et acceptabilite fusionne

Huitième journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Jeudi 11 décembre 2014

Université Panthéon Sorbonne, Place de la Sorbonne – Salle F673 1er étage (plan d’accès à la salle)

Entrée libre sur inscription (nombre de places limité à 40)

Responsable de la séance : Gaëtan Brisepierre

Depuis une dizaine d’année, les recherches en sociologie sur le développement durable, et notamment sur l’énergie, se sont multipliées sous l’effet de l’impératif politique de la « transition énergétique ». Elles s’effectuent moins souvent dans un cadre académique que dans celui de la recherche appliquée à partir de la demande des institutions publiques, des entreprises, voire des associations. Ces demandes sont très majoritairement formulées par les commanditaires en termes « d’acceptabilité sociale » des innovations technologiques et/ou de l’adoption de bonnes pratiques par les populations. L’objet de cette séance est de s’interroger pour savoir si ces recherches permettent aux acteurs sociaux de dépasser cette problématisation. Autrement dit, s’agit-il uniquement d’étudier les comportements dans le but de les faire changer selon des orientations déjà définies ou s’agit-il d’intégrer la description des pratiques comme un élément de décision au sein des organisations ou encore de légitimer le recours à des démarches de type « démocratie habitantes » ?
Cette séance s’inscrit dans le cycle “Recherche et acceptabilité du développement durable” de l’atelier. Un cycle qui s’intéresse au travail des chercheurs portant sur ou utilisant cette notion d’acceptabilité sociale dans le développement durable. Cette notion a en effet été élaborée dans un but prescriptif qui repose sur des considérations fortement normatives. Il s’agit pour les institutions notamment, de « faire accepter » le développement durable et lever les « verrous » de l’usage autant que technologiques. Alors que les mondes de la recherche et de l’expertise s’inscrivent dans des problématiques différentes, ces derniers incorporant de manière grandissante les commanditaires, les institutions publiques ou les acteurs économiques ; et plus largement, des acteurs pouvant avoir un intérêt à la prescription. Nous souhaitons donc interroger lors de ce cycle, le rôle des chercheurs dans l’usage de cette notion d’acceptabilité, distribuée et portée par d’autres acteurs.
Le succès de la notion d’acceptabilité sociale dans les débats sur le développement durable est en effet inséparable des difficultés et des rapports de forces que rencontrent les différents promoteurs de durabilité. Comment sont financés les projets ? Quelles missions d’expertise sont données et à qui ? Comment cette notion d’acceptabilité sociale entre en ligne de compte dans les dispositifs d’expertise ? Les acteurs sont guidés par des intérêts, des objectifs, et doivent respecter des cadres différents, parfois contradictoires. Partant, ces acteurs tentent de faire porter les contradictions auxquelles ils sont confrontés, par les autres intervenants, y compris les chercheurs. Cette sous-traitance des contradictions s’exprime à travers les modes de financement, la définition des missions d’expertise, l’élaboration de dispositifs de participation, etc.
Après une introduction de Gaëtan Brisepierre, la séance rassemblera les communications de sociologues ayant travaillé sur le développement durable et plus particulièrement les questions énergétiques, avec ou au sein de diverses organisations. Ces communications porteront moins sur les résultats de leurs travaux que sur leurs pratiques de recherche et les interactions qu’elles engendrent. D’abord sur les conditions d’exercice de la recherche appliquée, les négociations autour de la définition du sujet, de l’accès au terrain ou au financement, avec les autres disciplines. Ensuite sur la réception de ces recherches, l’usage des résultats par les organisations, leurs impacts sur la prise de décision ou encore les controverses qu’elles engendrent dans les milieux professionnels. Enfin sur les effets en matière de pratiques de la sociologie, les modalités de valorisations des résultats, voire sur l’identité du sociologue. A l’issue de chaque communication, la discussion sera lancée par Dominique Desjeux, pionniers en France de la recherche appliquée en sociologie, et une large place sera accordée aux échanges avec la salle.

Discutant

Dominique Desjeux (Professeur d’anthropologie sociale et culturelle à l’université Paris Descartes – CEPED, UMR 196)

Matin : 10h-12h30

Intervention de Dominique Desjeux et réponse Delphine Labbouz- HenryDiscussion avec la salle

Intervention de Dominique Desjeux et discussion avec la salleIntervention de Jérôme Boissonade et discussion avec la salle

Après-midi : 14h – 16h30

Intervention de Dominique DesjeuxRéponse de Chantal DerkenneDiscussion avec la salleDiscussion avec la salle (suite)Intervention de Jérôme Boissonade et discussion avec la salle

Intervention de Dominique DesjeuxDiscussion avec la salleIntervention de Jérôme Boissonade

 

L’art au défi de l’écologie. L’esthétique et le design chahutés par question environnementale

Affiche atelier ACDD Art defi ecologie fusionne

Septième journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Cycle « Concevoir des projets pour “faire accepter le développement durable” ? »

Vendredi 17 octobre 2014

Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)

20 rue Berbier-du-Mets 75013-Paris

Responsables de la séance :  Thierry Paquot et Chris Younes

Si l’expression « art durable » n’a aucun sens, l’injonction à la durabilité comporte une dimension performative puissante, en témoigne les nombreux prix et bourses prônant le “développement durable” ou “soutenable” accordés à des artistes, comme le Green Leaf Award attribué en 2007 à Lucy + Jorge Orta “pour leur excellence artistique et leur message environnemental”.
La confrontation de l’artiste avec la préoccupation environnementale devient en effet impérative, essentielle et même existentielle. De plus en plus nombreuses sont les réalisations, installations, interventions, sur la large palette de l’art (chorégraphie, statuaire, peinture, vidéo, land art, art de la rue, art vivant, design,…) qui associent la pratique de l’artiste à l’écologie.
Mais comment affronter les contradictions entre dimensions formelles et fonctions sociales ? Comment la pratique artistique ouvre-t-elle une perspective critique, débarrassée de l’injonction à l’acceptabilité sociale de cet oxymore qu’est le “développement durable” ? Cette matinée souhaite apporter quelques éclairages sur “l’art au défi de l’écologie”.

Les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous :

Chris Younès (Professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-la-Villette et à l’Ecole Spéciale d’Architecture, responsable du laboratoire Gerphau) : “Le défi éthique, esthétique et politique d’un nouvel art d’habiter”.

Frédérique Peyrouzere (Enseignante à l’école Spéciale d’Architecture) : “Anthropo(S)cène: art & création artistique à l’ère de l’anthropocène”

Question de la salle

Manola Antonioli (Professeur, théorie du design et de l’architecture à l’ENSA Dijon Art & Design, philosophe, essayiste et critique) : “L’esthétique en prise avec la question environnementale”

 Thierry Paquot (philosophe), professeur en délégation à l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS

Débat avec la salle.

Légitimation et politiques urbaines de développement durable

Jeudi 5 juin 2014

Responsable de la séance : Vincent Béal

Les enregistrements audio sont disponibles en lien à partir du programme çi-dessous

Matinée : 10h30 – 13h

Introduction générale : Vincent Béal (SAGE – Univ. Strasbourg), « Développement durable et politiques urbaines : une entrée par les processus de légitimation »

Discutant :

Gilles Pinson (Centre Emile Durkheim – Sciences-Po Bordeaux)

 Après-midi : 14h – 16h30

Discutant :

 Renaud Epstein (DCS – Université de Nantes)

Annonce en PDF

L’objectif de cette séance est d’appréhender le rôle du développement durable dans les processus de légitimation des politiques urbaines. Dans les travaux de politiques urbaines et plus généralement dans ceux de science politique, la question de l’acceptabilité sociale n’a pas fait l’objet d’un traitement poussé. Si l’on peut trouver des traces de cette notion dans les travaux sur le risque ou sur la participation, l’acceptabilité sociale semble davantage considérée comme une catégorie construite par les commanditaires de la recherche que par les chercheurs eux-mêmes. Pourtant, cette notion renvoie à plusieurs questionnements classiques qui alimentent la sociologie de l’action publique : légitimation, politisation/dépolitisation, consensus, etc. L’objectif de cette journée est de discuter la transformation de ces dynamiques dans les politiques urbaines de développement durable.  Plusieurs questions sont abordées : comment rendre le développement durable gouvernable ? Quel rôle joue cette notion dans la gouvernance des villes ? Quelles ressources en termes de légitimation produit-elle ? Quels sont les acteurs, les régimes et les modes de régulation à l’œuvre ? Comment s’opère la gestion des conflits autour de ces politiques urbaines ? Si notre intérêt porte sur les modalités de construction de l’acceptabilité des politiques de développement durable, la problématique centrale de cette journée est de comprendre en quoi ces politiques – ou plus généralement la référence au développement durable – constituent des outils centraux dans la gouvernance des villes et dans les processus de légitimation des politiques urbaines.

De la conception de projets soucieux des « milieux » urbains

Cinquième journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”

Cycle « Concevoir des projets pour “faire accepter le développement durable” ? »

De la conception de projets soucieux des « milieux » urbains

Mardi 8 avril 2014

Responsables de la séance : Jérôme Boissonade et Thierry Paquot

Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)

20 rue Berbier-du-Mets 75013-Paris

Toutes les interventions et les questions de la salle sont accessibles en cliquant sur les liens ci-dessous

 Matinée : 10h – 12h30

Ouverture par Gérard Arnold (directeur adjoint de l’ISCC)

Introduction de Thierry Paquot

Commentaires de Thierry Paquot et Gaëtan BrisepierreRéponse de Frédéric BonnetQuestions de la salleReponse de Frédéric BonnetQuestion de la salleRéponse de Xavier BonnaudRéponse de Thierry PaquotIntervention de Jérôme BoissonadeRéponse de Xavier BonnaudRéponse de Frédéric Bonnet

Après-midi : 14h – 16h30

 Cette séance explore les interactions voulues ou non, qui se manifestent entre au moins trois pratiques professionnelles (architecture, urbanisme et paysagisme) pas toujours disjointes et leurs références théoriques et méthodologiques, lors de la conception d’un projet d’architecture. En d’autres termes, en quoi l’écologie modifie-t-elle la manière de faire de l’architecte ? Celle-ci/celui-ci n’additionne plus ni ne retranche mais combine. Elle/il ne hiérarchise pas mais associe. Elle/il ne fait pas pour des habitants, mais avec.

Comment les concepteurs poursuivent cet objectif, alors que le développement durable, en lieu et place d’une attention écologique, surdétermine bien souvent les discours des acteurs, au nom d’un équilibre entre économique, social et environnemental ?

Dorénavant tout projet d’architecture se doit de considérer les quatre questions que l’époque pose : la question sociale, la question urbaine, la question communicationnelle et la question environnementale. Les quatre s’entrelacent, aucune ne peut être ignorée, chacune joue sur les autres et réciproquement. Au cœur de ces préoccupations, les habitants, c’est dire si leurs usages, attentes, compétences, imaginaires constituent le point de départ et l’horizon de tout projet. Il s’agira donc lors de cette séance, de discuter de pratiques de conception qui contribuent à l’émancipation de chacun et réinterrogent la gouvernementalisation actuelle des conduites.

Annonce PDF

Innovation et développement durable : entre injonctions et pratiques

18 Novembre 2013

Responsable de la séance : Aurélie Tricoire

Les enregistrements audio de la séance sont accessibles en ligne ci-dessous, ainsi que certains textes et présentations

La journée s’est intéressée à la nature des liens réels et/ou supposés entre innovation et développement durable. Souvent présenté comme une nécessité pour pérenniser nos sociétés industrielles, le développement durable devient une véritable injonction, dont le principal moteur serait l’innovation. Innover serait le moyen de se développer durablement, et ce quelles que soient, d’une part, les finalités et objectifs concrètement identifiés comme relevant d’un développement durable et, d’autre part, la nature des innovations proposées.

Les pratiques et les discours, ainsi que les dispositifs sociaux et techniques qui les relaient, présentent ainsi les liens entre développement durable et innovation sous un angle positif et vertueux. Mais qu’en est-il réellement ? Quelles controverses les innovations promues dans le cadre conceptuel du développement durable soulèvent-elles ? Quel visage les innovations ainsi promues donnent-elles au développement durable ? Peut-on mettre en évidence une relation réellement performative entre innovation et développement durable ? Quel est le rôle des différents acteurs –pouvoirs publics, groupements citoyens, acteurs économiques, individus- impliqués dans la définition de ces cadres d’action ? Cette double injonction au développement durable et à l’innovation reconfigure-t-elle les relations entre acteurs, et/ou modifie-t-elle les rapports qu’ils ont avec les dispositifs socio-techniques qui les entourent ?

Matinée : 10h30 – 13h

Commentaire Gilles DebizetRéponse Marie PigagniolRéponse Catherine GrandclémentQuestions Jean-Pierre Levy et réponse Catherine GrandclémentQuestions de la salleRéponses de M. Pigagniol et C. Grandclément

Après-midi : 14h – 16h30

Commentaire Gilles DebizetQuestions de la salleRéponse d’Alexandre MallardRéponse d’Arnaud Diemer

Discutant

Recherche et acceptabilité sociale de la durabilité

Atelier thématique commun au GIS ReHaL et au réseau AC/DD

Vendredi 12 avril 2013

Responsables de la séance : Jérôme Boissonade, Anne-Sarah Socié

Les enregistrements audios sont directement en ligne à partir du programme ci-dessous

Matinée : 10h30 – 13h

Introduction (J. Boissonade)

Commentaires de François MénardQuestions et réflexions de la salleRéponse de Gérard DubeyRéponses de Régis Lefeuvre et Andreea Ernst-Vintila

Après-midi : 14h – 16h30

Commentaires de François MénardQuestions et réflexions de la salleRéponse de Guillaume Faburel – Réponse de Bernard Perret

Discutant

  • François Ménard (responsable de programmes de recherche au Plan Urbanisme Construction Architecture dans les domaines de l’habitat, de l’énergie et de la ville durable).

Après avoir travaillé les implications de la notion d’acceptabilité sociale sur la conception et sur l’appropriation de la ville durable, nous nous attachons dans cette ultime séance de la première année de l’atelier, au travail des chercheurs s’intéressant au développement durable, et qui travaillent sur ou avec cette notion d’acceptabilité sociale. Cette dernière a en effet été élaborée dans un but prescriptif et repose sur des considérations fortement normatives portées notamment au niveau institutionnel. Toute démarche urbanistique ou architecturale est par nature prescriptive. Néanmoins, le développement durable induit une prescription “morale” qui modifie les échelles de valeurs dans les représentations du bien-vivre ; et une injonction à l’engagement des populations que l’on traduit par exemple à l’aide des termes d’éco-citoyenneté, éco-habitants, etc. C’est dans ce cadre que les travaux de recherche insistent “autant sur l’importance, […] de lever les « verrous » de l’usage que de lever les « verrous » technologiques[18]. Cet implicite est présenté le plus souvent comme une évidence, pourtant, “avec les techniques d’acceptabilité, on a franchi un nouveau pas : il s’agit d’anticiper ce qui peut être toléré. La question n’est plus celle des besoins ni des envies, mais de savoir ce que les consommateurs, ou les citoyens, ne vont pas supporter[19].

Dans ce contexte, quelles sont les conséquences spécifiques d’une acceptabilité liée au développement et à la durabilité sur les travaux de recherche ? Quels peuvent-être alors, les rôles des chercheurs et les objectifs qu’ils se donnent ? Dans quelle mesure la question l’instrumentation de ces recherches ne se pose-t-elle pas plus fortement que dans d’autres domaines ?

La raison d’être de la notion d’acceptabilité sociale provient des blocages rencontrés par le développement durable et cette notion est un instrument qui vise une acceptation par les publics auxquelles elle s’adresse. On peut donc considérer cette notion comme un analyseur potentiel de ces blocages.

Enfin, si l’on considère l’acceptation comme un acte, provenant de publics qui au départ étaient “réticents”, on peut d’une part, s’intéresser à la capacité du développement durable à produire des appuis en termes de récits et de justifications. D’autre part, on peut mettre en regard ces justifications avec la part de concession que comporte ce consentement. Une telle démarche permet d’abord de comprendre de quoi relèvent ces appuis liés au développement durable dans cet acte d’acceptation. Elle permet ensuite, de comprendre en quoi l’acte même d’acceptation  “fait sens” pour les acteurs. Le développement durable devient un support de projection qui permet une structuration des situations et leur dépassement lorsqu’elles sont problématiques.

Alors que les mondes de la recherche et de l’expertise s’inscrivent dans ces problématiques contradictoires, ces derniers incorporant de manière grandissante les commanditaires, les institutions publiques ou les acteurs économiques ; et plus largement, des acteurs pouvant avoir un intérêt à la prescription. Nous souhaitons donc interroger lors de cette séance, le rôle des chercheurs dans l’usage de cette notion d’acceptabilité, distribuée et portée par d’autres acteurs. Pour comprendre les enjeux que cristallise cette notion d’acceptabilité pour les chercheurs, il conviendra lors de l’atelier, de ne pas séparer son étude du contexte à travers lequel elle s’exprime.

Le succès de la notion d’acceptabilité sociale dans les débats sur le développement durable est en effet inséparable des difficultés et des rapports de forces que rencontrent les différents promoteurs de durabilité. Comment sont financés les projets ? Quelles missions d’expertise sont données et à qui ? Comment cette notion d’acceptabilité sociale entre en ligne de compte dans les dispositifs d’expertise ? Les acteurs sont guidés par des intérêts, des objectifs, et doivent respecter des cadres différents, parfois contradictoires. Partant, ces acteurs tentent de faire porter les contradictions auxquelles ils sont confrontés, par les autres intervenants, y compris les chercheurs. Cette sous-traitance des contradictions s’exprime à travers les modes de financement, la définition des missions d’expertise, l’élaboration de dispositifs de participation, etc.

Cadrage de la journée :

  1. Genèse et carrière de la notion d’acceptabilité sociale :

–  Dans quel contexte est-elle apparue ? Comment a-t-elle été appliquée au développement durable ?

–  Définition(s) et identification des acteurs de “l’acceptabilité” dans le contexte du développement durable (chercheurs, bureaux d’études, institutions, entreprises, etc.) : Qui utilise cette notion et dans quel but ? Quel recul ont-ils sur cette utilisation (notamment dans le cas des chercheurs) ? Quels moments, positions, situations, actions, etc. favorisent les approches critiques de ces notions ?

       2. Investir de manière critique la notion d’acceptabilité et/ou élaborer des notions alternatives ?

–  Le chercheur en développement durable comme acteur, traducteur, expert, conseiller, savant etc. : Quels statuts ? Quelles postures de recherche ? Quelles possibilités pour les chercheurs de porter une approche critique ?

–  Quels cadres théoriques possibles pour étudier la notion d’acceptabilité sociale appliquée au développement durable (mondes, champs, systèmes, réseaux, acteurs, institutions, rapports de forces, emprise, etc. ? Quelle spécificité de l’application de la notion d’acceptabilité sociale au développement durable face aux autres modèles d’urbanisme : en quoi la nature prescriptive de l’urbanisme durable diffère-t-elle d’autres modèles ?

–  Quelle est la pertinence de l’élaboration d’une notion alternative ? Quelles articulations possibles ? Quelles capacités heuristiques ?

      3. Etudes de cas : Le travail de chercheurs en durabilité, de l’expertise au travail scientifique

–  Le travail du chercheur en développement durable : Questions politiques et morales.

Quelles implications sociales, économiques, en termes de droit, à son travail ? Développer les possibilités d’actions ? Risquer de voir la recherche détournée de ses objectifs initiaux ?

–  Capacités critiques des acteurs (mésusages, mobilisation des habitants, usagers, associations, etc.) : Comment le chercheur peut-il les prendre en compte ?

–  Confrontation / articulation des échelles dans le travail du chercheur ?

Echelle temporelle : le développement durable entre « urgence climatique » et long terme (générations futures) ; entre action présente (tri de ses déchets) et projet (d’avenir, de société, etc.).

Echelle spatiale : extension de la logique d’écoquartier (prototype) à celle d’éco-cité (industrie du bâtiment), rétroaction du global sur le local, etc.

Echelle sociale : intérêt particuliers, “intérêt supérieur” (de la planète) et création du collectif.

     4. Controverse :

–  Les recherches sur la durabilité peuvent-elles travailler la question de “l’acceptabilité sociale” sans pour autant se traduire par une injonction qui gouvernementalise les conduites ?

–  Visant l’assentiment, l’acceptabilité sociale du développement durable joue des frontières entre approbation et résignation. L’apparition de ce terme est  fortement liée aux échecs récents des tentatives de transformation des comportements dits durables, peut-elle faire apparaitre de manière nouvelle les contradictions propres au champ du développement durable ?

 

Séances précédentes :

Innovation et comportements

Concepteurs de durabilité : des quartiers pour éco-habitants idéaux ?

 

Innovations et comportements

Atelier thématique commun au GIS ReHaL et au réseau AC/DD

Vendredi 15 février 2013

Responsable de la séance : Nathalie Ortar

Les enregistrements audio sont directement en ligne à partir du programme ci-dessous

 Matinée : 10h30 – 13h

Introduction générale (Jérôme Boissonade)

Introduction de la séance (Nathalie Ortar)

Intervention de Bruno Villalba

Discussion avec la salle

Après-midi : 13h30 – 16h30

Intervention de Nathalie Ortar

Intervention de Françoise Lafaye

Discussion avec la salle

Discussion avec la salle

Discutants 

  • Françoise Lafaye (Ethnologue, Chargée de recherches au laboratoire RIVES – UMR CNRS 5600/Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat)
  • Bruno Villalba (Maître de Conférences en science politique, CERAPS – Sciences Po Lille)

Les discours et programmes de recherche sur l’urgence d’engager un modèle de développement durable et d’inventer la « Ville durable » se multiplient alors que cette notion est problématique à plus d’un titre : sa définition est loin d’être stabilisée[1] et reste soumise à controverses entre économie, géographie, sciences politiques et écologie. Après une première séance de l’atelier destinée à appréhender la ville durable à travers les discours et pratiques des concepteurs, il est nécessaire de s’interroger sur la manière dont les individus-habitants s’approprient ce nouveau paradigme très largement imposé d’en haut (cf. texte de présentation de l’atelier 1), en particulier lorsqu’ils sont confrontés à des modes d’habiter dans des espaces dessinés et structurés par des concepteurs en amont de toute présence habitante. Il devient nécessaire d’apprécier dans quelle mesure l’affirmation de cet objectif commun est capable de modifier à terme ou transforme d’ores et déjà les modes d’habiter[2] des habitants, et/ou s’inscrit dans des pratiques plus anciennes réactualisées et relabélisées à l’aune du développement durable[3].

Le champ scientifique qui s’est saisi le plus précocement de la question de la durabilité est celui qui s’intéresse aux politiques publiques et analyse les phénomènes à l’échelle des milieux, des systèmes urbains, des sociétés ou des réseaux. De ce fait, l’observation des pratiques individuelles est rarement privilégiée[4]. Jusqu’à présent, la sociologie de la consommation s’est davantage concentrée sur l’acquisition que sur les processus permettant l’usage des produits[5]. Les anthropologues se sont focalisés sur la vie des objets, leur place au sein de la vie des individus[6], les systèmes d’échange[7], mais les objets ne sont pas traités comme des équipements nécessaires au quotidien en dehors de recherches comme celles par exemple de Bruno Latour[8]. Or ces objets, ces artéfacts, ont modifié le quotidien de tout individu occidental. Quant aux recherches portant explicitement sur l’habiter, elles n’ont fait pour l’instant que commencer à effleurer la compréhension de la nature du confort recherché par l’individu habitant[9], les contradictions des éco-habitants et les difficultés de changement de comportement que cela implique en termes d’habitat, de mobilité ou de valeurs habitantes[10].

Quelle est l’influence des politiques publiques se revendiquant du développement durable, traduites notamment en termes de droit (de l’environnement, de la construction, etc.) sur les modes d’habiter et sur la construction de nouveaux usages ? Comment ces politiques publiques régissent-elles le logement ou l’urbanisme et plus globalement et les modes d’habiter lorsqu’elles créent de nouvelles normes (écologiques autant qu’hygiénistes) ou qu’elles transforment les espaces habités, avec par exemple la diffusion de la notion de maîtrise d’usage ou encore la mise en place de dispositifs  d’éducation à habiter les éco-quartiers, et les éco-constructions, etc. ? Dans quelle mesure la notion de durabilité ou de ville durable est-elle appréhendée par les individus et selon quelles modalités ? Quelles sont les valeurs qui accompagnent les changements, les éventuelles différences en fonction des espaces, ainsi que les transformations du sens donné à une même pratique ? Jusqu’à quel point ces politiques sont-elles appropriables par les habitants et si c’est le cas par quels habitants ? 

La journée s’organisera autour de trois points :

  1. Définition(s)/identification des comportements de la ville durable (recyclage, mobilités douces, etc.)
  2. Etudes de cas : Appropriabilité des innovations dans le cadre bâti
  3. Controverse : Dans quel cadre s’inscrivent les innovations (techniques, procédurales, etc.) ? Est-il réaliste de penser que les évolutions de comportement doivent venir d’en haut ? Doivent-elles conduire avant tout à la décroissance des comportements (consuméristes, de “confort”, etc.) ou se fixer d’autres priorités compte-tenu des “problèmes” d’acceptabilité que rencontrent ces innovations (diminution des effets environnementaux des comportements et des choix socio-économiques, etc.) ?

[1] EMELIANOFF C. in MATHIEU N., GUERMOND Y. (dir.), 2005, La ville durable, du politique au scientifique, Antony, Cemagref.

[2] Le terme de mode d’habiter, sans pour autant le définir a priori, renvoie aux manières de faire, aux manières de penser, de dire, de vivre les différents espaces, territoires et lieux qu’habitent les individus, sans nécessairement y vivre au quotidien. L’usage du terme d’individu-habitant renvoie à l’individu, être social, dans ses multiples interactions avec le monde matériel, avec l’espace géographique.

[3] Sur cette question voir notamment E. Shove, M. Pantzar et M. Watson, 2012, The dynamics of social practices. Everyday life and how it changes, Londres, Sage.

[4] DorierApprill E., 2002, Ville et environnement, Paris, SEDES ; Coutard O., Lévy J.-P. 2010, Écologies urbaines, Economica.

[5] Shove E., Watson M., Hand M. & Ingram J., 2007, The design of everyday life, Oxford, Berg ; Dobré M., 2002, L’écologie au quotidien, éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, Paris, L’Harmattan.

[6] Miller D., 2010. Stuff, Cambridge, Polity Press.

[7] Appadurai A., 1986. The social life of things, Cambridge, Cambridge University Press.

[8] Latour B., 2005. Nous n’avons jamais été moderne, Paris, La Découverte.

[9] Shove E., 2003, Comfort, cleanliness and convenience. The social organization of normality, Oxford, Berg. ; Subremon H., 2009, Habiter avec l’énergie. Pour une anthropologie sensible de la consommation d’énergie, thèse de doctorat, Université de Nanterre-Paris 10.

[10] Dobré M., Salvador J. (dir.), 2009. Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie, Paris, L’Harmattan.

 

Séance du Vendredi 12 avril 2013

Recherche et “Acceptabilité sociale” de la durabilité

Journée précédente

Concepteurs de durabilité : des quartiers pour éco-habitants idéaux ?

 

 

Concepteurs de durabilité : des quartiers pour éco-habitants idéaux ?

Atelier thématique commun au GIS ReHaL et au réseau AC/DD

Vendredi 7 décembre 2012

Responsables de la séance : Pierre-Arnaud Barthel, François Valégéas

Cette séance a été annulée

Intervenants

Matinée : 10h30 – 13h

  • Franck Boutté (Assistant à la Maitrise d’Ouvrage en développement durable) Titre de l’intervention à venir
  • Valérie Sainte Marie Gauthier (Co-fondatrice et gérante de Polyprogramme) Titre de l’intervention à venir

Après-midi : 14h – 16h30

  • Philippe Madec (architecte urbaniste – Global Award for Sustainable Architecture – coordinateur de : éco-quartier du Fort d’Aubervilliers (NQU 2012) ; Projet agri-culturel des Murs à pêches à Montreuil ; éco-village des Noés à Val-de-Reuil (OFF du DD 2012) ; etc.). Titre de l’intervention : La ville bienveillante
  • Éric Beaugé (chef de projet de l’écoquartier de La Courrouze, à la SEM Territoires et Développement) Titre de l’intervention à venir

Discutant 

  • Taoufik Souami (Maitre de Conférences en urbanisme, LATTS – Institut Français d’Urbanisme)

 Cette séance n’est pas – disons-le d’emblée – dédiée à l’implication des habitants dans les projets d’éco-quartiers en France. Elle vise à explorer comment les concepteurs institutionnels (maîtrises d’ouvrage et d’œuvre urbaines) pensent et programment la vie (de quartier) dans les éco-quartiers qu’ils ont auto-proclamés. Un chef de projet nantais disait de façon éclairante : « On impose des modes de vie, on est assez stalinien. C’est un pari car on ne fait pas un écoquartier sans changer les pratiques. ». Comment sont programmés les usages, les relations sociales ?

Nous nous pencherons ici sur deux échelles de réflexion : celle du quartier, à partir des liens entre projet urbain et projet social ; et celle de l’ilot, à travers la projection des usages.

Le premier niveau relève de la composition d’ensemble du quartier et du projet social qui lui est lié. Autant le projet urbain est explicite, visualisable (un plan), assorti de partis d’aménagement et d’une vision plus ou moins développée aux plans discursif et iconographique par les urbanistes concepteurs. Autant le second (le projet social) est souvent plus implicite, mais tend à être de plus en plus anticipé et décrit par le maître d’œuvre à travers un positionnement sur des modes d’habiter souhaités, des typologies modulées, des espaces publics, des équipements aux statuts divers et une tendance à la mutualisation d’un certain nombre de « biens communs » (les parkings notamment).

Le second niveau est celui du montage d’ilots, rendus de plus en plus complexes par leurs programmes emboîtés, la multiplicité des opérateurs (en construction et en gestion à venir), et la nécessaire coexistence des usages. De l’esquisse au permis de construire, du DCE à la livraison, le montage des opérations est un moment très intense de co-production avec les acteurs réunis au fil de l’avancement de chacun des projets. Les enjeux stabilisés par l’aménageur suite aux propositions de l’urbaniste concepteur sont multiples et font l’objet de négociations multiples pour satisfaire à la fois une offre de logements mixés (logements abordables pour primo-accédants, libres et sociaux) et sensés « héberger » de nouveaux modes d’habiter le tout dans une optique de qualité environnementale. Contrairement au temps où les aménageurs se contentaient de dresser des master-plans, les urbanistes concepteurs ont dorénavant une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour construire très en amont un certain nombre de règles situées, spécifiques à chaque “situation” et donc à chaque îlot, et imposées ensuite aux opérateurs. Au-delà, les aménageurs “rentrent” maintenant dans les îlots au moyen de cahier de prescriptions et de fiches de lots qui constituent un ensemble de règles urbaines et architecturales avec lesquelles les architectes des îlots et les opérateurs sélectionnés doivent composer.

C’est à ces deux niveaux articulés de co-production (l’échelle quartier, l’échelle des îlots) que nous souhaitons lancer la réflexion pour cette séance. L’objectif est d’inviter des concepteurs (architecte-urbaniste coordinateur, ou chef de projet au sein d’un aménageur public, privé ou SEM) à faire une présentation atypique de leur projet urbain : sur la base d’une étude de cas précise, l’enjeu est bien qu’ils expliquent :

– dans un premier temps comment ils ont imaginé l’éco-quartier dans la dimension des usages, du vivre-ensemble : modes d’habiter, gestion des ressources et des déchets, mobilités, éco-gestes…. L’enjeu est bien de faire préciser le projet social du concepteur : quelle a été sa réflexion sur les usages ? Quelles étaient ses représentations des habitants ? Quels habitants idéaux ont pu constituer un point de référence ? Quelles références idéologiques ont accompagné le travail de conception et d’anticipation des usages de demain (décroissance, slow city, formes communautaires…) ?

– dans un second temps, nos invités seront amenés à rentrer « dans la cuisine » de la fabrication d’espaces permettant ces usages projetés (îlots, espaces communs) ? Comment de l’esquisse à la livraison des opérations, les usages (modes d’habiter, de circuler etc.) ont-ils fait l’objet de négociations avec les promoteurs ? Quels décalages entre les intentions de départ et les réalisations ?  Quels ont été les succès et les impasses qui sont apparus lors des discussions entre aménageur, promoteurs, urbaniste coordinateur, bailleurs et collectivité ? L’anticipation des pratiques ménageait quelle marge de réversibilité sur les réalisations pour pallier à un dysfonctionnement ? Autant de préoccupations fortes qui pourront être évoquées par les intervenants.

Cadrage de la journée :

Introduction : Programmer et anticiper les usages de demain : analyse des appels à projets (EcoQuartier, NQU, ANRU) et leurs réponses (François Valégéas, PA Barthel, Taoufik Souami)

Etudes de cas : deux ou trois présentées (invitations à faire en septembre)

Controverse ensuite : n’est-on pas en train de formater des quartiers pour des éco-habitants imaginaires ?

  1. Définition(s)/identification des espaces de la ville durable (logement, écoquartiers, industrie, tertiaire, équipements, etc.).
  2. Etudes de cas : Impacts des justifications écologiques sur la conception et la réalisation architecturale et urbaine.
  3. Controverse : Comment une gouvernance durable induisant la coproduction de projets avec des populations dont les préoccupations sont aussi sociales ou économiques, peut-elle aboutir à la conception d’un espace bâti durable en termes environnementaux ?

 

Séance du Vendredi 12 avril 2013

Recherche et “Acceptabilité sociale” de la durabilité

Journée précédente

Innovation et comportements