Le développement durable à l’épreuve de la société du risque

Affiche DD epreuve societe du risque (ACDD)fusionne

13ème journée de l’atelier Développement durable et “acceptabilité sociale”
Assemblée générale du réseau “Approches Critiques du Développement Durable” en fin de journée

Mercredi 22 juin 2016
10h-17h

Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC)
20 rue Berbier-du-Mets 75013 Paris
Métro Les gobelins (ligne 7)
Entrée libre (sans inscription)
Programme et plan d’accès PDF

Coordinateur de la séance : Jacques Lolive[1]

Le développement spectaculaire des risques environnementaux dans les sociétés contemporaines a été analysé par Ulrich Beck qui a proposé la notion de société du risque. Selon lui, « la production  sociale  de  richesses  est  systématiquement  corrélée  à  la  production  sociale  de risques ».  Si  le  risque (et  sa  réalisation catastrophique) fait  désormais partie intégrante des sociétés actuelles, comment le développement durable peut-il prendre en compte cet élément encombrant ?  Quelles  trajectoires  de  durabilité  peut-on  mettre  en  œuvre  pour  améliorer  la situation  de  ces  sociétés  insoutenables,  et  notamment  les  situations  post-catastrophiques ? Comment habiter dans les zones à risques qui se développent dans des métropoles où coexistent zones industrielles, zones contaminées, favelas, zones inondables, crise de l’eau et mort des hydrosystèmes ?

Face à ces enjeux nous proposons de privilégier :

  • une réflexion sur la méthode qui soit à la fois une posture de recherche et une méthode de transformation sociale
  • une réflexion sur les premières actions pour amorcer une trajectoire de durabilité dans ces métropoles insoutenables.

Comment combiner information, changements de comportements et mobilisation des populations exposées. ? Comment impliquer les  habitants exposés  dans  la  gestion  des  zones  à  risque ? Comment commencer à faire changer les choses dans les métropoles insoutenables ?
Ces questions seront abordées à partir de certaines controverses :

  • Société du risque versus développement durable
  • Acceptabilité sociale du risque et adaptation versus développement durable.
  • Urgence d’agir pour améliorer la situation des populations exposées versus processus long de transformations profondes et graduelles.
  • Communication du risque versus Participation du public. Protection de l’environnement versus droit social

Plusieurs terrains viendront à l’appui des débats :

  • Habiter dans les zones contaminées de São Paulo (J .Lolive, C. Okamura analyseront la situation du Condominium Barão de Mauá)
  • Les occupations irrégulières  de  zones  protégées  (J.  Lolive,  C.  Okamura  analyseront  les occupations illégales dans la zone de protection du barrage-réservoir de Guarapiranga)
  • Les zones à risques de l’étang de Berre, des estuaires de la Gironde (Blayet) et de la Severn (Hinkley Point) (F. Chateauraynaud y analysera la « rébellion des milieux »)
  • L’expérience de l’éco-quartier de l’Union à Roubaix (B. Villalba présentera cette expérience pour justifier la nécessité de promouvoir une durabilité forte)

Ces approches  seront complétées par un éclairage philosophique sur la participation, avec Joëlle Zask, spécialiste de la philosophie pragmatiste et notamment de celle de John Dewey. Elle proposera des pistes de réflexion inspirées du pragmatisme pour nous aider à réfléchir sur le développement d’une « participation contributive » qui incluera le  public des populations des favelas. Elle s’appuiera notamment sur  son  dernier livre qui analyse comment l’agriculture paysanne cultive les valeurs démocratiques

Les documents et les enregistrements audios de la séance sont directement accessibles depuis le programme ci-dessous
Pour écouter ou voir le document : cliquer sur le lien
Pour télécharger le document : clic droit sur le lien et « Enregistrer la cible du lien sous… »

Introduction (J. Lolive) Texte introduction en PDF

Matinée (10h – 12h30)

         Questions de la salleRéponses des intervenants 

Après-midi (14h – 16h30)

          Échanges avec la salle

  Débat final des intervenants avec la salle (1ère partie) (2ème partie)

Discutant : Jacques Lolive

Après-midi (16h30- 17h)

  • Assemblée générale du réseau “Approches Critiques du Développement Durable” (ACDD)
    Cette réunion a été l’occasion de discuter du fonctionnement du réseau et de la proposition d’atelier élaborée lors de la journée du 8 juin pendant le forum des 25 ans du REHAL et qui prendra le relais de celui-ci l’année prochaine (voir la page Activités du réseau).

.

[1] Directeur de recherche en sciences politiques au CNRS (laboratoire PACTE).
[2] Sociologue et Chercheuse à l’Agence de l’Environnement de l’État de São  Paulo (CETESB) et à l’Université de São Paulo.
[3] Jacques Lolive,  politiste spécialiste des  questions environnementales et  Cintia Okamura, sociologue brésilienne spécialiste du milieu anthropique, présentent leur  recherche  « Expérimenter des  méthodes  pour  développer  une  culture  du  risque  à  São Paulo », dans une métropole au développement insoutenable où les risques font partie de la vie quotidienne.
[4] Directeur d’études en sociologie à l’EHESS et Directeur du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (GSPR).
[5] Francis Châteauraynaud, sociologue pragmatiste spécialiste des alertes et des risques, présente des situations comparables dans des zones à risque en France. Il développe ses analyses sur « la rébellion des milieux », des modes de contestation où les acteurs font valoir une manière d’habiter, d’investir, de coproduire un monde qu’ils refusent de voir inféodé à un espace de calcul centralisé.
[6] Professeur des Universités, Science Politique, AgroParisTech.
[7] Bruno Villalba, politiste spécialiste de la sociologie environnementale et de l’écologie  politique,  réfléchit  sur   les   conditions   d’une   durabilité  forte. Il analyse les contradictions entre durabilité et acceptabilité et le conflit entre les situations d’urgence et la nécessité de transformations profondes.
[8] Maître de conférences HDR en philosophie, à l’Université de Provence.
[9] Joëlle  Zask, spécialiste de philosophie politique et du pragmatisme (notamment de  John  Dewey),  analyse la  participation comme une  entreprise d’individuation qu’elle définit comme capacité  d’engagement et d’initiative. Elle s’appuiera sur son dernier livre « la démocratie aux champs » pour alimenter notre réflexion sur la participation des habitants des favelas.

Articles en lien