Concepteurs de durabilité : des quartiers pour éco-habitants idéaux ?

Atelier thématique commun au GIS ReHaL et au réseau AC/DD

Vendredi 7 décembre 2012

Responsables de la séance : Pierre-Arnaud Barthel, François Valégéas

Cette séance a été annulée

Intervenants

Matinée : 10h30 – 13h

  • Franck Boutté (Assistant à la Maitrise d’Ouvrage en développement durable) Titre de l’intervention à venir
  • Valérie Sainte Marie Gauthier (Co-fondatrice et gérante de Polyprogramme) Titre de l’intervention à venir

Après-midi : 14h – 16h30

  • Philippe Madec (architecte urbaniste – Global Award for Sustainable Architecture – coordinateur de : éco-quartier du Fort d’Aubervilliers (NQU 2012) ; Projet agri-culturel des Murs à pêches à Montreuil ; éco-village des Noés à Val-de-Reuil (OFF du DD 2012) ; etc.). Titre de l’intervention : La ville bienveillante
  • Éric Beaugé (chef de projet de l’écoquartier de La Courrouze, à la SEM Territoires et Développement) Titre de l’intervention à venir

Discutant 

  • Taoufik Souami (Maitre de Conférences en urbanisme, LATTS – Institut Français d’Urbanisme)

 Cette séance n’est pas – disons-le d’emblée – dédiée à l’implication des habitants dans les projets d’éco-quartiers en France. Elle vise à explorer comment les concepteurs institutionnels (maîtrises d’ouvrage et d’œuvre urbaines) pensent et programment la vie (de quartier) dans les éco-quartiers qu’ils ont auto-proclamés. Un chef de projet nantais disait de façon éclairante : « On impose des modes de vie, on est assez stalinien. C’est un pari car on ne fait pas un écoquartier sans changer les pratiques. ». Comment sont programmés les usages, les relations sociales ?

Nous nous pencherons ici sur deux échelles de réflexion : celle du quartier, à partir des liens entre projet urbain et projet social ; et celle de l’ilot, à travers la projection des usages.

Le premier niveau relève de la composition d’ensemble du quartier et du projet social qui lui est lié. Autant le projet urbain est explicite, visualisable (un plan), assorti de partis d’aménagement et d’une vision plus ou moins développée aux plans discursif et iconographique par les urbanistes concepteurs. Autant le second (le projet social) est souvent plus implicite, mais tend à être de plus en plus anticipé et décrit par le maître d’œuvre à travers un positionnement sur des modes d’habiter souhaités, des typologies modulées, des espaces publics, des équipements aux statuts divers et une tendance à la mutualisation d’un certain nombre de « biens communs » (les parkings notamment).

Le second niveau est celui du montage d’ilots, rendus de plus en plus complexes par leurs programmes emboîtés, la multiplicité des opérateurs (en construction et en gestion à venir), et la nécessaire coexistence des usages. De l’esquisse au permis de construire, du DCE à la livraison, le montage des opérations est un moment très intense de co-production avec les acteurs réunis au fil de l’avancement de chacun des projets. Les enjeux stabilisés par l’aménageur suite aux propositions de l’urbaniste concepteur sont multiples et font l’objet de négociations multiples pour satisfaire à la fois une offre de logements mixés (logements abordables pour primo-accédants, libres et sociaux) et sensés « héberger » de nouveaux modes d’habiter le tout dans une optique de qualité environnementale. Contrairement au temps où les aménageurs se contentaient de dresser des master-plans, les urbanistes concepteurs ont dorénavant une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour construire très en amont un certain nombre de règles situées, spécifiques à chaque “situation” et donc à chaque îlot, et imposées ensuite aux opérateurs. Au-delà, les aménageurs “rentrent” maintenant dans les îlots au moyen de cahier de prescriptions et de fiches de lots qui constituent un ensemble de règles urbaines et architecturales avec lesquelles les architectes des îlots et les opérateurs sélectionnés doivent composer.

C’est à ces deux niveaux articulés de co-production (l’échelle quartier, l’échelle des îlots) que nous souhaitons lancer la réflexion pour cette séance. L’objectif est d’inviter des concepteurs (architecte-urbaniste coordinateur, ou chef de projet au sein d’un aménageur public, privé ou SEM) à faire une présentation atypique de leur projet urbain : sur la base d’une étude de cas précise, l’enjeu est bien qu’ils expliquent :

– dans un premier temps comment ils ont imaginé l’éco-quartier dans la dimension des usages, du vivre-ensemble : modes d’habiter, gestion des ressources et des déchets, mobilités, éco-gestes…. L’enjeu est bien de faire préciser le projet social du concepteur : quelle a été sa réflexion sur les usages ? Quelles étaient ses représentations des habitants ? Quels habitants idéaux ont pu constituer un point de référence ? Quelles références idéologiques ont accompagné le travail de conception et d’anticipation des usages de demain (décroissance, slow city, formes communautaires…) ?

– dans un second temps, nos invités seront amenés à rentrer « dans la cuisine » de la fabrication d’espaces permettant ces usages projetés (îlots, espaces communs) ? Comment de l’esquisse à la livraison des opérations, les usages (modes d’habiter, de circuler etc.) ont-ils fait l’objet de négociations avec les promoteurs ? Quels décalages entre les intentions de départ et les réalisations ?  Quels ont été les succès et les impasses qui sont apparus lors des discussions entre aménageur, promoteurs, urbaniste coordinateur, bailleurs et collectivité ? L’anticipation des pratiques ménageait quelle marge de réversibilité sur les réalisations pour pallier à un dysfonctionnement ? Autant de préoccupations fortes qui pourront être évoquées par les intervenants.

Cadrage de la journée :

Introduction : Programmer et anticiper les usages de demain : analyse des appels à projets (EcoQuartier, NQU, ANRU) et leurs réponses (François Valégéas, PA Barthel, Taoufik Souami)

Etudes de cas : deux ou trois présentées (invitations à faire en septembre)

Controverse ensuite : n’est-on pas en train de formater des quartiers pour des éco-habitants imaginaires ?

  1. Définition(s)/identification des espaces de la ville durable (logement, écoquartiers, industrie, tertiaire, équipements, etc.).
  2. Etudes de cas : Impacts des justifications écologiques sur la conception et la réalisation architecturale et urbaine.
  3. Controverse : Comment une gouvernance durable induisant la coproduction de projets avec des populations dont les préoccupations sont aussi sociales ou économiques, peut-elle aboutir à la conception d’un espace bâti durable en termes environnementaux ?

 

Séance du Vendredi 12 avril 2013

Recherche et “Acceptabilité sociale” de la durabilité

Journée précédente

Innovation et comportements