Une durabilité techniciste ?

.

L’émergence du développement durable tend à redéfinir au sein de l’organisation du travail le mode de production des nouveaux objets techniques et par là même du rapport qu’entretiennent les humains avec leurs environnements dans la vie quotidienne. Cette situation interroge la « convivialité »[1] des éco-techniques contemporaines, c’est-à-dire leur capacité à s’inscrire à la fois dans les savoir-faire et savoir-vivre en usage, mais également dans un projet d’élargissement de l’autonomie individuelle. Au regard des fondements de l’écologie politique, elle implique une controverse sur les possibilités de contrôle des outils techniques par les usagers[2]. Elle questionne ainsi les conditions d’existence de contre-pouvoirs face aux logiques de renouvellement des objets inhérentes au fonctionnement du capitalisme[3].

Présentation générale des axes du réseau AC/DD

 


[1] ILLICH Ivan, 1973, La convivialité, trad. de l’américain par L. Giard et V. Bardet, Tools for conviviality, Ed. du Seuil, Paris, 160p.

[2] BOSQUET Michel (GORZ André), e1978 (1ère éd. 1975), Ecologie et politique, Paris, éd. du Seuil, 244 p. (coll. «Points Politique»)

[3] SCHUMPETER Joseph, e1951 (1ère éd. 1943), Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 462 p.